Voyager ou étudier: pourquoi pas les études par correspondance ?

Il y a quelque temps, je reçois le mail d’une lectrice me remerciant pour le blog. Plus qu’un simple mail, elle partage avec moi sa façon de voyager… Je vous laisse lire une partie de son message :

(…)En fait si je te raconte un peu ma vie ( ce qui est normalement pas très poli) c’est pour partager une autre forme de voyage.
Ton projet me fait tous les jours rêver et j’espère qu’un jour je pourrais aussi partir comme toi sans livres de cours, et avec pour seule préoccupation : découvrir encore plus et tenter de comprendre les gens qui sont autours de nous. Mais malheureusement nous ne pouvons pas toujours faire tout de suite ce choix et c’est souvent compliqué de faire comprendre aux gens qui nous entourent que si l’on voyage ce n’est pas seulement pour fuir nos responsabilités ou repousser l’échéance de notre entrée sur le monde du travail. Et pour ça la meilleure parade que j’ai trouvé ce sont les études par correspondance, après tout pourquoi s’emmerder à passer des heures, enfermés dans un amphi alors que tu peux passer la majorité des diplômes universitaires tout en restant chez toi dans ton canap’ ou bien dans un camp en plein Bush Australien ?!

Bon c’est vrai il y a quand même quelques petits inconvénients, mais bon minimes à côté des découvertes et des expériences possibles ! :)(…)

Intrigué je lui demande de m’en dire plus ! Et après quelques mails échangés je lui demande tout simplement si elle ne voudrait pas écrire un article invité sur mon blog? En effet, je reçois de nombreux mails de jeunes assez frustrés de ne pas pouvoir partir à cause de leurs études… Mais pourquoi pas allier étude et voyage en faisant des études par correspondance ?

Voici donc un article invité sur le sujet et qui retrace l’expérience de Bertille, merci à elle !

« Embarquement immédiat pour Dublin, veuillez-vous diriger rapidement vers la porte d’embarquement »

Ah ! Toute cette excitation que me procure cette phrase rien que d’y repenser. Ce moment où l’on est encore « chez soi », mais en même temps déjà parti. C’est le seul moment où toutes les questions se bousculent dans ta tête, ce moment où l’inconnu est effrayant et effrayant ! Ce moment si magique et personnel qui te fait dire : oui malgré mes doutes et mes peurs j’ai fait le bon choix !

Cet instant je l’ai vécu 2 fois cette année, et même si ce n’étaient pas les premières fois que je partais en voyage, l’excitation était toujours au rendez-vous. Ces voyages je les ai faits pour moi, avec mes objectifs, mes attentes et mes projets !

Si vous avez peur de « perdre une année » en voyageant, si vous doutez encore de ce qu’un voyage pourrait t’apporter pour ton avenir professionnel, alors cet article est fait pour vous !

Pour me présenter simplement, on peut dire que je suis une étudiante globe trotteuse, car j’étudie encore à l’Université, mais que j’ai eu l’occasion d’habiter dans 2 pays étrangers cette année : l’Allemagne et l’Irlande. Non, je ne suis pas étudiante Erasmus (cela aurait été trop facile) et être étudiante n’est pas seulement un statut pour moi car je suis étudiante à distance. Et je vais vous expliquer comment après une licence de psychologie j’ai décidé de partir à l’étranger tout en gardant un pied, voir la moitié de mon cerveau dans les études.

Etudes par correspondanceRyan m’expliquait que beaucoup de (futurs) étudiants se demandaient quand était le « bon moment » pour partir : avant – après – pendant ses études ?
Je pense sincèrement que le bon moment c’est lorsque vous vous sentez près (voir article Pourquoi ce n’est jamais le bon moment pour partir voyager ), que vous en avez envie ! Si vous choisissez l’option avant ou après, alors mon article ne vous intéressera peut-être pas, mais si comme moi vous voulez partir pendant vos études, alors mon article pourrait vous aider à avoir toutes les cartes en main pour choisir le meilleur moyen pour vous de voyager.

Pour cela, je vais vous expliquer comment tout en continuant mes études, j’ai pu manger un curry Wurst tout en regardant des bulles grosses comme des voitures traverser la ville de Berlin, me rendre à un marché de Noël dans un ancien centre commercial de la RDA, manger un Fish&Chips en regardant le soleil se coucher sur le phare de Howth et tout plein d’expériences que je n’aurais jamais pu vivre sans choisir les études par correspondance.

Tout a commencé en été 2013…

…je viens de terminer ma licence de psychologie tout en sachant que je ne continuerai pas dans cette voie en master. Après plusieurs tentatives de réorientation inutiles et sans conviction, je me suis retrouvée à 1 mois de la rentrée universitaire sans université, projet ou quelque job pour commencer l’année. A quoi bon rester un an à Lyon pour ne rien faire, c’est pourquoi j’ai décidé enfin de suivre mes envies, de ressortir mon sac de voyage et de partir à la découverte d’un nouveau pays.

« Oh que ton projet est beau,
que tu es courageuse !  »

Heureusement pour moi, mon entourage y a plutôt bien réagi malgré un doute persistant dans leur esprit : partir, mais pour quoi faire ?

L’objectif que je me suis fixé pour cette année était de m’améliorer en langues étrangères (l’allemand et l’anglais) (vous pouvez aussi jeter un oeil à l’article La recette pour apprendre une langue étrangère facilement). Choix, que je considère toujours comme ingénieux au vue de la mondialisation et du niveau universitaire de l’enseignement des langues étrangères.

Ma première étape : l’Allemagne et Berlin !

Berlin SpreeParlant très mal l’allemand il était nécessaire que je sois en immersion pour vraiment tout reprendre depuis le début et le Goethe Institut me semblait une très bonne option ! J’ai commencé à m’occuper de tous mes papiers administratifs (il y a beaucoup de choses à prévoir avant de partir, en fonction de notre destination, mais aussi pour ceux qui restent et qui auront accepté d’être votre relais pour certaines démarches), préparer mon arrivée là-bas, m’inscrire dans une école.

J’avais bien sûr toujours l’appréhension de me dire : Que vais-je faire en revenant? Car je devrais malgré tout continuer mes études, trouver ma voie, etc …

C’est alors que je me suis souvenue de l’expérience d’une de mes cousines, qui est partie en Australie en continuant de suivre sa formation à distance. Souhaitant me réorienter après la psycho j’ai commencé à chercher par quels moyens je pourrais continuer à apprendre, tout en gardant à l’esprit mon projet professionnel. Après plusieurs jours de recherches sur internet de ces fameuses « formations à distance » j’ai fini par trouver une licence d’économie gestion à l’université de Grenoble.

Alléluia ! Mon année se profilait enfin ! J’avais trouvé une école qui m’accueillait et m’apprendrait l’allemand, une formation intéressante que je pourrais suivre à distance, je restais dans le système universitaire et donc conservais le statut étudiant, (ce qui m’évitait de pointer au chômage !) et surtout je partais à l’aventure !

En quoi consistent les études par correspondance ?

Les enseignements à distance sont généralement proposés aux professionnels, aux étudiants d’autres filières ou bien aux personnes qui ne peuvent pas se déplacer tous les jours à l’Université, elles ne sont pas le 1er choix des étudiants globetrotteurs mais peuvent se révéler très utiles.

Pour moi par exemple ! Je suis actuellement en licence en 1 an, mes cours sont des cours de 2ème et 3ème année de licence, et sont les mêmes que ceux des étudiants qui suivent sur place cette licence (les TD en moins). Chaque programme se présente selon la même organisation que les études universitaires : 2 semestres avec 2 sessions d’examens chacun. A la fin, si je réussis, j’obtiendrai le même diplôme qu’un étudiant qui aurait suivi le parcours « amphi tous les jours » (en présentiel) et donc une formation équivalente et validée en fonction des examens que j’aurais ou non réussit. Beaucoup d’Universités, souvent réputées, proposent ce type de formation.

A chaque début de semestre vous recevez vos cours et vous êtes libres jusqu’à vos prochains examens de les travailler comme vous le souhaitez. La plupart des formations proposent un suivi à partir de forum, mails ou session de révisions en présentiel pour vous aider à avancer et répondre à toutes vos questions sur les cours et les examens. (Je vous conseille de les utiliser sans modération !!)

,Mais étudier en voyage n’est pas toujours facile…

Vous êtes certainement déjà parti en vacances avec vos cahiers et devoirs en vous disant:

« cette fois, c’est sûr je travaille !  »

mais la veille de votre retour vous vous rendez compte que vous n’avez pas ouvert un seul de vos cahiers ni même réfléchi à votre rédaction de philo.
Faire des études par correspondance alors que l’on voyage c’est un peu pareil, on part avec toutes les bonnes volontés du monde, mais sur place il y a tellement de choses à découvrir, de personnes à rencontrer qu’on en oublie que l’on s’est engagé à travailler. (Prendre le temps de travailler est aussi important que prendre le temps de méditer en voyage, n’est-ce pas Ryan? )

Etudes par correspondance DublinLorsque j’étais à Berlin, les premiers mois je m’en sortais pas trop mal : cours le matin jusqu’à 13h30 puis visite de la ville entre amis, et sorties les soirs et les week-ends. Jusqu’à ce que je reçoive mes cours de licence, là les choses ont commencé à se corser car j’avais des devoirs à rendre, donc un travail régulier à fournir. J’ai revu mon programme et j’ai commencé à m’organiser différemment : moins de sorties, travail le week-end, etc… Les choses sont devenues impossibles lorsque pour rester plus longtemps j’ai décidé de prendre un job à mi-temps le week-end dans un restaurant. J’étais très fatiguée et avais parfois du mal à travailler, à l’approche de ma certification d’allemand j’ai décidé de faire une pause pour joindre les 2 bouts, mais ce fût une grosse erreur !
Lorsque je suis rentrée définitivement en France pour Noël, je me suis aperçu qu’il ne me restait que 2 mois avant les examens pour apprendre et découvrir tout mon programme semestriel ! Car oui, n’ayant pas assisté aux cours la première étape est la découverte du cours ! Heureusement j’ai appris de mes erreurs et lorsque j’ai décidé de repartir, pour Dublin cette fois, je me suis mieux organisée pour étaler mon travail et ne pas me retrouver submergée. Les Universités vous expliqueront qu’il faut fournir environ 20h de travail par semaine pour réussir ses examens, ce qui ne fait que 3h de travail par jour (bien étalées on ne les voit pas passer !).

Ces deux semaines m’ont permis de profiter du train pour travailler. Après quelques heures on finit par s’habituer aux mouvements du train et même à les anticiper. J’ai aussi, grâce à ces études, eu l’occasion de visiter de très belles bibliothèques, comme celle de Dublin ou celle de la Humboldt- Universität à Berlin ! Mais cela dépend bien sûr des conditions dont vous avez besoin pour travailler.

Malheureusement un semestre c’est court : 3 à 4 mois, il vous faudra aussi revenir dans la ville où se trouve votre université pour passer vos examens. Bien sûr il existe des options qui vous permettent de passer vos examens dans un centre d’examen du pays ou vous vous trouvez, mais ce service coûte cher car il vous faudra payer la personne qui vous surveille, les envois de vos copies, etc… tout ce qui habituellement est divisé entre les 300 à 400 étudiants qui passent l’examen en même temps que vous.

Le poids de la connaissance !

Le savoir et les mots pèsent lourd, et encore plus dans un sac de voyage. Vous pouvez d’ores et déjà oublier le record de Ryan d’un sac de 7/8kg car cela représenterait seulement vos cours …
Vous apprécierez énormément la possibilité d’avoir un bagage à main ! Bien sûr il est possible de tout informatiser, et de n’emporter que son ordinateur pour travailler, mais les examens restent sur papiers, et le risque de perdre votre ordinateur et tous vos cours n’est pas impossible. Une connexion internet régulière est aussi nécessaire pour suivre les informations de votre université, poser vos questions aux professeurs, et aussi échanger avec les autres étudiants de votre promo. Internet rapproche : et les études à distance le prouvent!

Etre étudiant à distance c’est quand même avoir le meilleur des 2 :

  • Etre toujours étudiant ! Préservez votre jeunesse estudiantine en choisissant de continuer à apprendre. Cela vous permettra de pouvoir demander une bourse, de ne pas pointer au chômage, d’avoir plein d’avantages pour vos visites dans certains pays, et surtout de demander la carte internationale d’étudiant (14€) qui vous donne accès à plusieurs réductions sur les billets d’avion ou bien dans certains magasins.
  • Appartenir à une promotion de personnes de tous les horizons, de nationalités différentes et surtout de tous les âges !

Découvrir, voyager en toute liberté sans avoir peur de ne pas pouvoir valoriser cette année.

Les MOOCs

Pour continuer à me former et à avancer vers mon objectif professionnel, j’ai décidé de suivre en plus de ma licence et de mes cours de langues un cours de MOOC (se dit Mouc ou Moc).
Ces cours gratuits, accessibles partout et pour tous, sont proposés par de grandes universités (dans plusieurs langues). Généralement organisés en formation de 4/8 semaines dans une matière. Vous pourrez facilement apprendre grâce aux forums, vidéos de cours, Power Point, cours en direct, etc… A la fin de chaque formation, en fonction de votre réussite vous pouvez choisir l’attestation (gratuite) ou bien la validation de crédits universitaires (payant).

Liste des MOOCs francophones : http://mooc-francophone.com/liste-mooc-en-francais/

Où trouver ces magnifiques études ?

Pour éviter de perdre des jours, voir des semaines de recherches sur les moteurs de recherche, voici quelques sites où vous pourrez trouver une bonne partie de ces formations :

Site du CNED : http://www.cned.fr/etudiant
Site Formasup, général avec moteur de recherche en fonction des filières (attention toutes n’y figurent pas !- la mienne par exemple) : http://www.formasup.fr/
Moteur de recherches : « formation à distance » / « études à distance »

Bien sûr n’hésitez pas à taper le nom du diplôme que vous souhaitez en y ajoutant « enseignement à distance » ou « par correspondance »,
ex : « licence de psychologie enseignement à distance ».

Privilégiez les formations universitaires (DU, BTS, Licence, Master) dont les équivalents en présentiels sont reconnus par l’Etat, plutôt que les organismes privés qui vous proposent parfois des formations très bien, mais qui ne sont pas reconnues et donc qui ne vous permettent pas toujours de retourner à l’université après votre voyage.

Combien ça coûte ?

Cela dépend bien sûr de l’université ou organisme qui vous la propose.
Pour l’université comptez pour les frais universitaires (en fonction de votre statut de boursier ou non) environ 250/300€ , parfois avec la sécu étudiante
+ les frais de gestion de votre diplôme par correspondance (impression des cours papiers, envois etc…) les miens tournaient autour de 1000€ l’année.

Street art berlinCes formations coûtent plus chers que si vous vous inscrivez sur place, mais vous pouvez être étudiant à Paris tout en habitant à Berlin et je peux vous assurer que les loyers ne sont pas du tout les mêmes (voir l’article sur « comment trouver un appartement à berlin« ) !
Il n’y a pas de petites économies, et comme vous serez toujours étudiant, vous êtes toujours un client potentiel pour un prêt étudiant. Cette expérience à l’étranger, quelle qu’elle soit sera toujours valorisable et un plus : pouvoir dire que vous avez su vous adapter à une nouvelle ville, gérer votre projet tout en continuant de vous instruire à distance, pourra montrer votre polyvalence et votre capacité à gérer plusieurs projets de différentes natures.

Malgré tout, je ne vous fais pas l’apologie de la facilité de ce type de formations, car elles demandent beaucoup de rigueur, mais si vous avez envie de voyager et que vous avez peur de perdre pied avec les études, alors cela ne vous coûte rien d’essayer !

Cette envie de partir qui persiste chez vous lorsque vous regardez par la fenêtre en amphi mérite d’être vécue ! Alors ne laissez pas vos peurs vous empêcher de faire une expérience que la majorité des étudiants des pays voisins n’ont pas peur de vivre. Plus votre projet sera construit et sera en rapport avec ce qui vous fait envie plus vous serez capable de le défendre aussi bien auprès de vos proches qu’auprès d’un jury de master.
Et puis cela vous permettra aussi de mieux vous découvrir et de trouver votre voie professionnelle.

C’est en bouleversant son quotidien, en expérimentant qu’on apprend à mieux se connaître !

Ryan Lesacados

Hey! C'est Ryan ! Depuis 2011 ce blog a aidé des millions de personnes ! Laisse-moi ton email et reçois toi aussi gratuitement mes meilleurs conseils pour éviter les arnaques, économiser et voyager moins cher!