Comment bien préparer son voyage en train Transsibérien et Transmongol

Accueil » Blog voyage » Conseils aux voyageurs » Comment bien préparer son voyage en train Transsibérien et Transmongol
Comment bien préparer son voyage en train Transsibérien et Transmongol

La raison principale de mon voyage au Japon était de rejoindre ce pays en utilisant l’une des voies ferrées les plus connues au monde (ou en tout cas, m’en rapprocher le plus possible).

Vous avez probablement déjà entendu parler du Transsibérien la plus longue ligne de train au monde qui relie Moscou à Vladivostok sur près de 9300 kilomètres. Ce long chemin qui nous fait traverser sept fuseaux horaires dure une semaine entière.
J’ai passé 18 jours à vivre mon rêve en #EnTranssib. J’en ai tellement appris sur la route que j’ai décidé de partager avec vous tout ce que j’ai appris.
Cet article contient pas mal de détails qui je l’espère vous aideront à préparer votre voyage. Et si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à les laisser en commentaire. Je ferai le maximum pour y répondre.

Aussi n’hésitez pas à consulter le site Seat61 si vous parlez anglais, vous y trouverez des tas d’information !

Bon, fini le bla bla, voici mes conseils et mes astuces pour un voyage en Transsibérien et en transmongolien Transmongol !

Transsmongolien

Le Transsibérien n’est pas un train !

Avant de rentrer dans les détails de la préparation, je pense qu’il est important de préciser quelques points.
Le train transsibérien n’est pas un train unique ! C’est le nom donné à la voie ferrée qui traverse toute la Russie (de Moscou à Vladivostok)
Le transmongol relie Moscou et Pékin (en passant par la Mongolie) et le transmandchourien relie les mêmes villes sans passer par la Mongolie

Pour vous donner une image, imaginons que la ligne du transsibérien soit la ligne de TGV reliant Paris et Marseille.

Si vous achetez un ticket Paris-Marseille, vous pourrez rejoindre Marseille depuis Paris. Mais vous ne pouvez pas descendre à Lyon, visiter la ville et y passer la nuit pour reprendre le train le lendemain avec le même ticket !
Si vous souhaitez visiter Lyon, il vous faudra acheter un ticket Paris-Lyon puis Lyon Marseille.

Avec le Transsibérien c’est exactement pareil ! C’est pourquoi il est important de définir son itinéraire.

Définir son itinéraire et les différents stops

Comme je le disais juste avant il est important de définir son itinéraire afin de pouvoir réserver vos tickets par la suite. Par « définir son itinéraire », j’entends par là définir les stops.

Voici les différents stops intéressants :
Moscou – Kazan – Ekaterinbourg – Omsk – Novossibirsk – Krasnoïarsk – Irkutsk et lac baikal – Ulan-Ude – Ulan–Bator – Pékin
Voici l’itinéraire que j’ai suivi :
Moscou- Omsk (1 nuit) – Irkutsk et le lac Baikal (2 nuits ) – Ulan-Ude (2 nuits) – Ulan-Bator (4 nuits) – Pékin

Voyage en train transsiberien

Mon voyage a duré 18 jours avec 7 jours passés dans le train (quand on colle bout à bout le temps passé).

Faire son visa pour la Russie, la Chine et la Mongolie

Après avoir défini son itinéraire, il faut passer par l’étape VISA.

Attention : Pour votre entrer en Chine et en Russie il vous faudra une confirmation de réservation de vos billets d’avion. Je vous explique comme obtenir ce papier dans cet article.

Voici ci-dessous un bref récapitulatif pour les ressortissants français :

Visa pour la Russie

J’ai fait mon visa directement à l’ambassade de Russie à Paris en passant par ce site officiel qui explique tout.

Liste des documents à fournir pour obtenir vos visas russe :

Passeport original avec au moins deux pages libres qui est valable au moins six mois après l’expiration du visa russe demandé. – photocopie de la page du passeport avec la photo – formulaire de demande de visa (à remplir ici et à imprimer) avec une photo (format 3×4) collée dûment remplie, signé et daté.

Justificatif de l’assurance voyage, l’original de l’attestation d’assurances maladie et rapatriement fournie par une compagnie d’assurance russe ou par une compagnie française ayant un contrat de réassurance avec un partenaire russe, qui doit porter au titre obligatoire le numéro du contrat, le nom de l’assuré, les dates du séjour en Russie et le tampon.
Pour ce dernier point je suis passé par l’assurance Chapka qui propose le Cap Vacances. C’est une assurance multirisque pour les voyages de moins de 90 jours (ce qui était mon cas, car je comptais me rendre au Japon). En 10 minutes, après avoir payé 60 euros j’ai reçu tous les documents par mail . Sinon je vous invite à lire mon comparatifs pour choisir la meilleure assurance voyage.

Formulaire de la confirmation de l’accueil du touriste étranger, pour les touristes individuels il est établi selon les modalités de la législation russe en vigueur portant le numéro de référence consulaire de l’hôtel ou de l’agence touristique russe (en gros il vous faut une réservation d’hôtel officielle pour vos premiers jours en Russie)

Voucher touristique (bon d’échange) de la part des agences touristiques françaises (uniquement l’original) ou russes (l’original ou un fax envoyé depuis la Russie) qui attestent que tous les services liés à ce voyage ont été payés en leur totalité

De mon côté j’ai la chance d’avoir des amis en Russie, du coup ils m’ont écrit une lettre d’invitation précisant que je résiderai chez eux toute la durée de mon séjour. Si vous avez des proches en Russie, cela vous permettra d’éviter les deux derniers points !

Visa pour la Mongolie

Après avoir exempté les ressortissants de 42 pays, dont la France, de visas de moins de 30 jours pour les touristes et les voyageurs d’affaires en 2014 et 2015, le gouvernement mongol a décidé de rétablir l’obligation de visa à compter du 1er janvier 2016…
Vous pouvez effectuer votre visa à l’avance depuis l’ambassade mongole en France, ou pendant votre voyage depuis un agence à la frontière (mais dans ce cas il faudra prévoir de rester quelques jours sur place le temps de recevoir votre visa).

Visa pour la Chine

Alors pour mon visa Chinois, je l’ai fait directement à l’ambassade de Chine en Mongolie à Oulan-Bator la capitale Merci à

L’ambassade n’est ouverte que le lundi, mercredi et vendredi de 9h30 à 12h.

Liste des documents à fournir pour obtenir vos visas chinois :

Il faut attendre généralement une semaine après le dépôt. Moi j’en ai eu pour 5 jours.

  • Un formulaire d’entrée A
  • Un formulaire d’entrée B complémentaire (vous pouvez trouver ces formulaires soit à l’ambassade, soit les imprimés ici)
  • Une réservation d’hôtel
  • Une photo
  • Les billets d’entrée et de sortie du pays (vous pouvez les obtenir sans avoir à payer vos billets, je vous explique ça dans cet article : Comment réserver un vol pour une demande de visa sans avoir à payer vos billets ! )
  • Une lettre d’invitation d’un chinois ou résidant en chine avec la photocopie de son passeport ou visa du résidant (si vous n’avez pas d’amis (si vous n’avez pas d’amis en Chine il vous faudra alors une réservation d’hôtel en Chine, reportez vous à l’article que je cite juste avant qui vous explique comment faire).

Adresse de l’ambassade chinoise:
CPO Box 672 Zaluuchuudyn Urgun Chuluu 5 Ulaanbaatar Mongolie (carte).
Prix : 30$. (USD)
Site de l’ambassade : http://mn.china-embassy.org/eng

Réserver les billets pour votre voyage en train transsibérien

De mon côté j’ai acheté mes billets directement sur place dans l’une des grandes gares à Moscou ! C’est, de loin, l’option la plus économique. Mon itinéraire m’a couté environ 300 euros.
Gardez en tête qu’il y a un nombre de tickets limité (c’est comme pour les billets de train en France) et les agences de voyages s’arrangent pour acheter les tickets en avance (quand ils sont disponibles aux guichets des gares) pour les vendre plus cher aux touristes. Pour être certain de trouver les tickets correspondant à votre itinéraire il faut voyager en basse saison (entre septembre et avril) ou réserver à l’avance vos places.

Moscou Transsibérien

Réservez-vous même à la gare – mode aventurier

Remerciement à Sarah du Blog de Sarah pour cette astuce !

Commencez par faire une simulation sur le site en anglais de Real Russia. C’est un site internet à ne pas louper si vous voulez emprunter le transsibérien. Il permet d’acheter en ligne (moyennant une commission de 20% environ) tous ses billets.
Pour ce qui nous concerne, notre objectif, c’est de repérer les trains qu’on veut prendre, noter toutes les références et aller acheter les billets nous-mêmes à la gare.

Comment ça marche ? C’est super simple, allez sur la page Real Russia et cliquez sur « Trans-Mongolian Planner » (ou tout autre selon votre itinéraire). Inscrivez votre date de départ, choisissez d’afficher les prix en euros, puis cochez toutes les villes où vous souhaitez vous arrêter (sur la droite).
Les pages qui suivent vont vous permettre de choisir une place de train selon la classe.

A la fin, vous aurez un récapitulatif, notez toutes les références et rendez-vous à la gare de Moscou !

Attention, je recommande de faire traduire vos références en cyrillique. Pourquoi ? Car il vous sera presque impossible de tomber sur un guichetier qui parle anglais !
De mon côté j’ai demandé à mes hôtes Couchsurfing (Qu’est-ce que c’est Couchsurfing ?) de me traduire cela quand je me trouvais à Moscou !

Réservez vos billets à l’avance et sans encombre

L’autre solution est de tout simplement passer par le site RealRussia pour booker vos tickets. Les avantages de passer par une agence :

  • Réservation sans encombre et ils répondent à vos questions rapidement.
  • Vous pouvez recevoir vos billets directement chez vous.
  • Et surtout ils s’occupent de votre « lettre d’invitation », requise lors de la demande de visa.

De mon côté, cela m’aurait couté 50 euros de plus si je serais passer par eux. Ce qui est vraiment acceptable compte tenu des avantages et du stresse en moins !

A savoir

Les horaires des trains : Tous les trains russes sont aux horaires de Moscou et non à l’horaire local (sauf, bien sûr, si vous êtes à Moscou ou dans le même fuseau horaire que Moscou). Alors assurez-vous de l’heure du départ et des différentes escales.
La gare d’arrivée et de départ : Moscou, par exemple, possède de nombreuses gares. Heureusement, elles ne sont pas situées très loin les unes des autres, mais pensez à noter la gare de départ et d’arrivée pour éviter les retards.
Assurez-vous de cocher la case « draps » ou « sheets / linen » : Les draps ne sont disponibles qu’en supplément. Heureusement, si vous oubliez de cocher la case, vous pourrez toujours les acheter dans le train.
La place dans le train : Toutes les places ne se valent pas, nous verrons ça en détail un peu plus tard.

Les classes et les sièges dans le transsibérien

En prenant le Transsibérien, vous avez le choix entre trois classes (première « spalny vagon », seconde « kupe » et troisième « platzkartny »).
Pour résumer, la première classe consiste en une cabine privée pour deux, la seconde classe consiste en une cabine pour quatre et la troisième classe est un wagon ouvert avec des dizaines de lits (comme un dortoir). La troisième classe se divise en espaces de six couchettes (pas de porte) ainsi que des lits dans le couloir.
Je voulais partager mon temps avec les locaux. Du coup, la première classe ne m’intéressait pas vraiment puisqu’elle est généralement remplie de touristes et vous sépare du reste des passagers. Sans parler du fait qu’elle est trop chère par rapport aux avantages qu’elle offre.

Comme vous le savez j’ai réservé mes billets quelques jours avant mon départ, du coup, il n’y avait que des lits en hauteur, à la fin du wagon, de disponibles…Mais bon, j’ai l’habitude de voyager spontanément et le principal est d’arriver à destination.

Si vous le pouvez, prenez le lit le plus bas. Si vous voyagez en couple, prenez un lit bas et un lit haut. Comme ça, la personne qui a le lit supérieur peut venir se reposer sur le lit du bas et ne monter qu’au moment d’aller dormir. Bien sûr, j’ai fait connaissance avec les personnes des lits du dessous et ils m’ont laissé m’asseoir sur leur lit et ont même partagé leur table avec moi pour les repas, mais vous ressentez vite le besoin de les laisser tranquilles s’ils veulent dormir. Gardez aussi en tête qu’il n’y a pas d’échelle pour accéder au lit du dessus.

Entre Moscou et Omsk/ Irkutsk j’étais en troisième classe. On ne va pas se mentir, les lits en hauteur sont bien plus petits qu’en seconde classe. Il est impossible de s’y asseoir. Soit vous lisez, soit vous dormez, soit vous écoutez de la musique. Mais même ça, ça devient très inconfortable au bout d’un moment, car il est impossible de bouger.

Troisième classe en Transsibérien

J’ai pris des billets seconde classe pour le trajet Irkutsk (Russie) – Oulan-Bator(Mongolie) – . J’ai partagé ma cabine avec deux autres voyageurs (pas de troisième classe disponible pour ce trajet).
La seconde classe offre pas mal d’intimité avec des cabines fermées, mais ça ne veut pas pour autant dire qu’elle est plus confortable. J’ai partagé ma cabine avec un jeune couple mongole qui rendait visite à de la famille. Ces gens ont ramené un réfrigérateur (oui t’as bien lu, un réfrigérateur !) un micro-ondes et plein d’autres équipements dans la cabine. Il ne restait plus aucune place.

Deuxième classe en transmongolien

J’ai réservé des billets vendus comme étant de troisième classe pour le trajet de Oulan Bator à Pékin. En fait, ça ne ressemblait pas du tout à une troisième classe. Il s’agissait de cabines seconde classe pour quatre personnes. C’était vraiment parfait même s’il faisait parfois trop chaud.

Conseil pour choisir son lit

Beaucoup de gens recommandent d’éviter de réserver les lits sur le côté, le long du couloir, puisqu’ils offrent moins d’intimité et les gens marchent devant sans arrêt. Si vous voyagez seul, je suis plutôt de cet avis aussi.

En gros, les lits sur le côté possèdent une banquette inférieure et une banquette supérieure. La banquette inférieure peut être convertie en deux sièges et une table pour se relaxer en journée. C’est bien pour la personne qui possède le lit du haut puisqu’elle peut venir s’asseoir, mais cela veut dire qu’elle empêche la personne du bas de se reposer sur son lit. En gros, il faut vous mettre d’accord sur le moment auquel vous allez dormir. Si vous voyagez à deux, cette option vous permet par contre d’avoir votre propre table et deux sièges où vous asseoir. C’est plus facile de se mettre d’accord sur l’heure de dormir lorsque l’on se connaît et vous pouvez échanger de lit si l’un veut dormir et l’autre rester assis.
Par contre, les lits sur le côté sont à éviter à la fin du wagon, à côté des toilettes. Les passagers passent tout le temps et à chaque fois qu’ils ouvrent la porte, elle vient cogner les banquettes. En plus, les gens fument juste à côté des toilettes et ça créé pas mal de trafic, sans parler de l’odeur qui s’échappe parfois quand la porte s’ouvre.

Les classes et les cabines ne sont pas les seules choses qui varient. Les trains, en fonction de leur nom et de leur numéro, possèdent des aménagements différents et prennent plus ou moins de temps pour arriver à destination.
Pour résumer, il y a plein de choses à prendre en compte avant de réserver votre billet. Le site Seat 61 possède de nombreux détails pratiques sur les voyages en train, rendez-vous y avant de réserver.

Le passage des frontières

Si vous faites le même trajet que moi, vous aurez à traverser des frontières sur le chemin. Cela prend du temps puisqu’ils vérifient les visas, les questionnaires de la douane et inspectent même les cabines. Pour vous donner un exemple, ma de la Russie jusqu’à la Mongolie a commencé à 7h du matin pour finir à 15h. J’ai eu le droit de sortir du train, heureusement, puisque les toilettes sont fermées lors du passage des frontières (pour empêcher les gens de traverser la frontière illégalement). Les toilettes sont aussi fermées lorsque le train s’arrête dans les gares. Ce n’est pas uniquement pour éviter les fraudeurs. Les toilettes se vident directement sur les rails, pas besoin de vous faire un dessin…

En règle générale, des fois vous pouvez sortir du train, et des fois non. Le mieux reste de consulter le planning du train posté dans le wagon.

Pendant la traversée de la frontière Mongolie-Chine, on assiste à un étrange spectacle. Le train est enlevé de la plateforme et les roues sont changées. Toute cette procédure est connue sous le nom de « changing of the bogies ». Ça dure quelques heures. Pourquoi ? Le calibre de la voie ferrée est différent entre les deux pays alors pour que le train poursuive son chemin, les roues doivent être changées pour être adaptées au chemin de fer mongol. Le seul problème, c’est qu’il arrive que l’on ne soit pas informé de cette procédure alors même qu’on peut quitter le train. Pour éviter la panique en retournant à la gare et en constatant que le train est parti avec vos passeports, vos affaires et vos billets, c’est la procédure habituelle. La gare possède un magasin. C’est pourquoi de nombreuses personnes veulent quitter le train. Si vous y allez et que vous revenez rapidement, vous pouvez monter à bord du train avant que les roues aient été changées. Si vous quittez le train plus longtemps, vous vous retrouvez en face d’une porte fermée à clé. Dans ce cas, rendez-vous dans une salle d’attente en haut des marches pour vous relaxer quelques heures avant de remonter à bord. Rappelez-vous que si vous décidez de rester dans le train, il vous sera impossible d’aller aux toilettes durant tout le temps de la procédure.

Équipements et choses à emporter

La nourriture

Vous pouvez acheter à manger dans le wagon restaurant. Les billets les plus chers comprennent les repas, mais il est préférable d’emporter quelques snacks avec vous. Il n’y a pas de réfrigérateur, mais même des aliments comme les yaourts peuvent être conservés une journée. Cela vous permet de varier un peu les repas. Certains des arrêts du train sont assez longs pour vous rendre dans un magasin ou un kiosque, mais ça peut ne pas être possible pendant un jour ou deux. Pour le trajet Oulan Bator-Pékin, j’ai eu l’agréable surprise d’avoir des coupons pour le wagon restaurant, même en troisième classe. Mais le restaurant n’est ouvert qu’à des heures strictes et même une minute de retard et vous devez payer. Je vous conseille d’y aller le plus tôt possible pour pouvoir vous asseoir. Sinon, vous devrez faire la queue un bon moment puisqu’il y a plus de passagers que de sièges.

Eau chaude

Dans tous les train soviétique vous avez accès à de l’eau chaude gratuite via les Samovar. C’est idéal pour les nouilles instantanées. L’eau froide n’est par contre pas très sûre, mieux vaut acheter des bouteilles. Vous pouvez aussi prendre de l’eau chaude et attendre qu’elle refroidisse. Dans tous les cas, emmenez avec vous une tasse pour vous préparer du café ou du thé ou pour faire des soupes instantanées. Le thé et le café ne sont pas offerts alors apportez tous les ustensiles dont vous avez besoin pour préparer vos boissons.
Samovar

Prises électriques

À moins que vous ne soyez en première classe, vous n’aurez pas de prise électrique rien que pour vous. Il y en a toutefois des communes dans les couloirs et près des toilettes, qui vous garantissent à coup sûr une position inconfortable !
Lors de mon trajet en 3e classe de Moscou à Irkutsk, il n’y avait que deux prises à proximité des toilettes et toutes les deux étaient en hauteur. Elles n’avaient pas vraiment l’air en bon état puisque les objets branchés tombaient systématiquement. Ce qui veut dire que la personne voulant s’en servir devait rester debout et à côté de la prise en attendant que ça charge. Aucune chance que cela marche pour moi et mon énorme chargeur de MacBook !

Autres objets utiles

Vous pouvez aussi emmener d’autres objets utiles comme un couteau de poche pour couper la nourriture, des lingettes pour le nettoyer ou pour vous laver vous-même (pas de douche à bord du train), du papier toilette (dès fois il y en a, des fois pas) et des sandales pour vous balader de wagon en wagon ou pour aller aux toilettes sans avoir à enfiler vos chaussures.

Les interactions sociales

La raison principale pour laquelle je souhaitais voyager en 3e classe était de rencontrer des gens.
Durant mon trajet de 7 jours dans le train russe,j’ai partagé ma cabine ouverte avec deux business women, des chauffeurs de camion tatoués et un magicien ! Il est parfois difficile de communiquer lorsque l’on ne parle pas le russe. C’est pourquoi je vous conseille d’emmener quelques objets qui peuvent vous aider à communiquer. Je vous recommande la lecture de l’article « Comment rencontrer des personnes quand on voyage seul ?« 

Un jeu de cartes peut être un bon moyen de s’amuser ensemble.
Des photos de votre famille, de votre pays ou de vos voyages sont aussi d’excellents brise-glaces et permettent de confronter les cultures.
Un dictionnaire électronique est très utile. Rappelez-vous de télécharger un clavier cyrillique pour que vos amis russes et mongols puissent communiquer aussi.

Pour les longs trajets, votre batterie risque de ne pas tenir. Dans ce cas-là, un bon vieux dictionnaire imprimé fera amplement l’affaire. Vous pouvez aussi apprendre des mots et des phrases utiles sur internet, ou les imprimer et les garder avec vous durant le voyage. Et souvenez-vous d’emmener des snacks ou des gâteaux. Ils peuvent facilement être partagés et c’est un excellent moyen d’entamer une conversation.

Combien coute un voyage en Transsibérien

Désert de GobiIl est assez difficile d’évaluer le prix d’un tel voyage, cela dépend du nombre d’arrêts que vous faites et si vous comptez faire des activités durant ces arrêts.
Voici tout de même mes différentes dépenses afin que vous puissiez vous faire une idée:

  • Les billets de train transsibérien – 300 euros
  • Visa russe 54 euros
  • Visa chinois 35 euros.
  • Nourriture pour 17 jours – environs 100 euros.

Hébergement lors des arrêts :
Lors de mes différents arrêts planifiés, j’ai essayé autant que possible d’utiliser Couchsurfing pour éviter de payer des nuits en auberge ou des nuits en Hôtel, c’est aussi un bon moyen de rencontrer du monde ! Malheureusement ce ne fut possible qu’à Omsk car je m’y suis pris trop tard…

  • 6 nuits en auberge trouvées sur le site de HostelWorld – 60 euros environ
  • Un mini trek de deux jours dans le désert de Gobi – 80 euros
  • Divers dépenses survenues pendant le voyage – 50 euros

Donc mon voyage de 18 jours m’est revenu à environ 679 euros, gardez en tête que je me suis tout de même fait plaisir et que cette somme peut être revu à la baisse si vous limitez vos activités et si vous faites attention à vos dépenses (consultez mon article « Comment voyager moins cher partout dans le monde » pour vous aider ! ).

Et voilà, j’espère que cet article vous sera utile dans la préparation de votre voyage en train transsibérien. Si vous avez des questions n’hésitez pas à laisser un commentaire. Quoiqu’il en soit, profitez à fond, c’est une expérience unique…!

Remerciement à mes partenaires pour ce voyage qui sont Trivago, AVI international et Allibert Trekking
transsiberien

Loading Disqus Comments ...

Sitemap / XML sitemap - Copyright © 2011 - 2015 Blog voyage Le sac à dos - Tous droits réservés - Mentions Légales