Manger du serpent sans le savoir au Vietnam et boire du ...

C’était lors de mon premier voyage, vous savez celui en 2008 qui a duré quatre mois alors qu’il ne devait durer que 14 jours.
Comme vous vous en doutez, vu les circonstances, je n’étais pas préparé à ce voyage. Pas de vaccin adéquat, pas d’assurance et surtout trois pauvres caleçons avec lesquels j’ai tourné pendant quatre mois.
Heureusement, dans ces conditions on développe des techniques de survies, on s’adapte, on apprend même à faire la lessive tout en haïssant maman de ne pas nous avoir initié aux différentes méthodes pour laver son linge.

Durant ce voyage où chacun de mes pas me menait vers l’inconnu, j’ai été amené à tomber sur des villages, que ce soit au Vietnam au Laos et en Thaïlande, où le seul moyen de communication était les gestes et les dessins.

Fort heureusement durant un voyage en sac à dos, ou en tour du monde, on est amené à rencontrer des globetrotteurs avec qui on se refile conseils et bons plans. D’ailleurs l’un de ces conseils fut bien pratique.
J’avais rencontré un Anglais, Franck, qui voyageait avec tout un tas de photos d’objets sur son téléphone qui lui permettaient de communiquer avec des locaux sans parler la langue.
Par exemple quand il montrait une photo d’assiette et de couverts cela voulait dire qu’il recherchait un restaurant, des photos de toilettes voulaient dire qu’il… bon vous avez compris l’idée.
Je vous invite d’ailleurs à faire de même si vous voyagez dans des coins reculés où l’anglais n’est pas une option.

Là, vous devez vous demander quel est le rapport entre le titre de l’article et ce que j’écris jusqu’à maintenant, et je vous répondrais « minute papillon, j’y arrive ».

Un petit village de pêcheur au milieu de nulle part

Restaurant du villageJe venais tout juste d’arriver en bus dans ce village dont je ne me rappelle plus le nom. Il était 20heure, une chaleur humide et écrasante comparable à la sensation qu’on peut avoir en rentrant dans un sonna. Heureusement la fraicheur de la nuit arrivait petit à petit.

Affamé, et prêt à manger n’importe quoi, j’errais dans le village avec mon sac à dos à la recherche d’un restaurant où je pourrais me ressourcer.
Grâce à la technique de Franck et des images sur le téléphone, je trouve rapidement un restaurant.
Une jolie petite baraque à la sortie de la ville proposait de quoi me requinquer.

Un restaurant atypique

Arrivé dans ce restaurant, je m’y engouffre tel un cow-boy débarquant dans un saloon au milieu du désert. J’ai vraiment eu cette impression quand tous les yeux se sont braqués vers ma personne, il ne manquait plus qu’une boule d’herbe séchée roulant derrière moi sur l’allée principale du village.

A l’intérieur, pas grand monde, trois personnes près du bar, deux vieux monsieur au fond autour d’une table, un jeune près de l’entrée qui devait sortir d’une journée de boulot épuisante et un autre encore plus jeune qui devait être le serveur. D’ailleurs il se hâta de me proposer la carte dès mon arrivée. Tant mieux, j’avais vraiment une grosse dalle. Une journée de bus, ça creuse !

La joie de pouvoir me nourrir fut d’autant plus grande en voyant le menu, en effet à côté de chaque plat se trouvait l’image du plat.
« Je vais enfin pouvoir voir ce que je vais commander » pensais-je.
Oui parce que jusque-là ma méthode dans les restaurants pour choisir un plat, quand je n’arrivais pas à lire un menu, consistait à commander le plat le plus cher et la boisson la moins cher, et vis versa.

Manger du serpentBref, je commande un plat qui ressemblait au poulet frit que j’avais commandé 2 semaines avant dans un restaurant à Hanoï ainsi qu’un jus d’orange. On me sert en moins de deux minutes si seulement la poste pouvait être aussi rapide.

Malheureusement le poulet n’avez pas le gout espéré, tendre mais en même temps très dur à mâcher, je ne reconnaissais pas du tout…
Et c’est à ce moment LA que toute ma perspicacité a refait surface :
« Fuck, c’est pas du poulet ».

Mon ventre criant « continue » et ma mémoire me rappelant cette gastro horrible de quand j’avais 12 ans, j’ai souhaité jouer la carte de la sécurité et appeler le serveur pour lui demander quelle était la composition de ce plat aussi exotique que coloré.
Le serveur étant incapable de m’apporter la réponse à cette question (barrière de la langue), il s’en va appeler le cuisiner dont les bases d’anglais ne sont pas meilleures mais qui avait l’air d’avoir suivi d’excellents cours de mimes. Et en effet en moins de deux je comprends très vite que le mouvement ondulatoire qu’il fait avec son bras représente les oscillations d’un reptile écaillé plus communément appelé « SERPENT ».

Un petit mal de ventre me prend à l’idée d’avoir manger du serpent. Une douleur dont la source était bien plus psychologique que physique quand j’y repense.
Face à la pâleur de mon visage, le cuistot et toutes les personnes se trouvant dans le restaurant se mettent à rire de bon cœur en se moquant gentiment de moi.

Manger du serpent et boire du …

Quelques minutes plus tard, le jeune de la table à côté, celui-là même qui avait l’air de rentrer d’une dure journée de boulot, m’offre gratuitement deux verres de quelque chose.
Ces deux liquides dont l’un était rouge vif et l’autre transparent ne m’inspirait pas du tout confiance.
Je le regarde et lui demande :

-What is this ?
Ce par quoi il me répond
-Just drink !

Me disant qu’au point où j’en étais je ne pouvais pas finir plus mal, je me saisis des verres de shot et les bus cul sec l’un après l’autre.
Et je vais vous dire un truc… Je ne crois pas avoir bu quelque chose d’aussi dégueulasse de toute ma vie.

Je le regarde de nouveau et lui demande en toussant :

-What was that ?
Ce par quoi il rétorque
-It’s the blood and the bile of the snake that you just eat. (Traduction : c’est le sang et la bile du serpent que tu viens juste de manger)
-What ?!

Sang de serpent et bileLa petite expression d’horreur fit rire une nouvelle fois toutes les personnes du restaurant, même les vieux Monsieur assis au fond.

Le jeune, qui parlait un très bon anglais, m’expliqua que manger du serpent était très commun et que c’était le spécialité de la région, surtout de ce restaurant. Le sang de serpent ainsi que la bile de serpent se boivent aussi.
C’est là que le souvenir du film « La plage » (voir mon top 10 des meilleurs films de voyage) me revient à l’esprit avec cette scène au début du film où Monsieur Dicaprio boit un shot de sang de serpent.
Le jeune qui vivait chez sa tante dans ce même village m’aida par la suite à trouver un endroit pour dormir.

Sortir de ses habitudes

Au final quand on voyage, ce n’est pas justement pour être dépaysé ? Tester de nouvelles choses ? Sortir de ses limites ?
A quoi cela sert de partir à l’autre bout du monde si c’est pour se retrouver dans le même confort qu’à la maison, manger la même chose qu’à la maison et ne rester qu’avec des personnes du même pays ?
Nos blocages sont psychologiques pour la plupart et sont imposés par notre culture. Pour un indien, manger du bœuf équivaudrait pour nous à manger son chien.

Voyager c’est aussi savoir ouvrir son esprit, tester et essayer des choses qu’on n’aurait pas forcement fait chez nous. On en ressort toujours grandi.
Ce souvenir de ce petit restaurant au milieu du Vietnam reste inoubliable, surtout quand je me remémore le sourire de ces personnes dans ce restaurant…

Et vous, avez-vous déjà mangé quelques chose qui soit hors du commun pour nous occidentaux ?

Ryan Lesacados

Hey! C'est Ryan ! Depuis 2011 ce blog a aidé des millions de personnes ! Laisse-moi ton email et reçois toi aussi gratuitement mes meilleurs conseils pour éviter les arnaques, économiser et voyager moins cher!

CLIQUE ICI POUR RECEVOIR MES CONSEILS ET ASTUCES!

  • Salut Ryan,
    J’ai mangé bcp de choses bizarre en voyage et probablement sans le savoir le plus souvent mais jamais de serpent. Par contre, au Vietnam toujours, j’ai bu de l’eau de vie dans laquelle baigné un serpent mort! Ils aiment cet animal là bas…

  • J’ai mangé un truc en Roumanie, il y avait de la viande c’est tout ce que j’ai pu identifier. Les gens chez qui j’étais ont bien rigolé en voyant ma tête en tout cas mais ils ne m’ont jamais expliqué ce que c’était…Qu’est-ce que c’était dégueu! (c’était pas psychologique!)
    Mais je ne voulais pas être impolie. Je crois qu’ils en ont profité 🙂 Ca se fait pas de recracher dans ton assiette même si c’est pas bon! Je me souviens vraiment bien de leur tête, et ils doivent se souvenir de la mienne…

    • Ryan Le Sacados

      Haha, j’imagine bien la scène ! Tu n’as jamais été curieuse de savoir ce que c’était ? Peut-être qu’il vaut mieux ne pas savoir au final !

      • J’ai demande mais ils se sont contentes de rigole. Il y avait de la viande (un truc rose avec une texture de viande en tout cas) et plein de gelee c’est un des rares trucs qui me degoute rien qu’a la vue, alors en manger c’est pas possible. Mais quand on ne veut pas vexer on fait des efforts 🙂

  • MaO

    Pas con le coup des photos…

  • Ludo

    En Afrique, un ami est arrivé avec des petits sachets où il y avait des insectes. Sauterelles, criquets, cafards … en fait cela n’a pas trop de gout sauf celui de la sauce. Enfin, dans ma mémoire car je me souviens avoir volontairement mis beaucoup de sauce pour éviter d’être trop dégouter. Mais je suis d’accord lorsque tu dis que cette barrière est due principalement par notre culture.

  • Ah la cuisine et les dégustations de choses « bizarres » font parti à part entière des voyages et ça fais toujours des anecdotes à raconter au retour ! Je me souviens qu’en Australie, de nombreux français faisaient des « trash food » autrement dit, le défi de manger le plus de choses sortant de l’ordinaire ! 🙂

  • @Julien: j’avais déjà entendu parlé de cette eau de vie avec un serpent. Ils boivent ça également en Thaïlande 🙁

  • Je crois que concernant le serpent, mes barrières mentales sont tellement fortes qu’il vaudrait mieux que ça se passe dans les même conditions que toi pour que j’ai une « chance » d’en goûter un jour. Si je suis prévenue à l’avance, je suis capable de ne même pas entrer dans le restaurant tant l’idée qu’il puisse y avoir un élevage de serpents vivant dans les parages me bloquerait totalement. J’ai tellement peur de cette bestioles qu’un gamin qui s’approchait de moi avec une réplique en bois entre les mains sur la place Jamma el Fna s’est retrouvé tout penaud devant ma vive réaction…

  • Eh bien tu es un voyageur courageux ! Manger du serpent, pourquoi pas à la limite… quoi que ça doit être un peu élastique quand même non ? Par contre le sang…. Bravo si tu as réussi à ne pas le ressortir de ton estomac ! En tout cas je suis d’accord, quand on voyage c’est pour découvrir de nouvelles cultures et c’est bien de tester les coutumes locales ! Une vraie chance !

  • Emilie

    Génial ton article, j’ai adoré tester les spécialités locales en Asie. La seule que j’aurai préféré éviter était le chien au Cambodge. Avec l’accent j’ai confondu duck et dog, pas terrible comme viande 😉

  • J’avais tenté en Birmanie, mais franchement, j’ai trouvé cela dégueulasse.

    Faut dire qu’il était pas très cuit:-)

  • Je veux te dire félicitations pour ta « super » expérience ! Ce ne sont pas tous les Vietnamiens qui ont l’occasion de le déguster… moi y compris :-S. Chez nous, ce sont plutôt les pépés qui aiment bien manger ça en buvant de l’alcool. Mais c’est comme ça le voyage: Voyager c’est découvrir 🙂

  • Kim

    Ah oui, il fallait oser le serpent, enfin du coup au moins quand tu essayes sans savoir tu n’as pas un mauvais préjugé au départ et tu peux donner un avis plus objectif … Et il vaut mieux du serpent que du c….

  • René

    Salut. Je voyage depuis 6 ans, alors oui, souvent . Alors, comme çà vient, avec une amie vietnamienne dans un bon restaurant de Saigon (Ho chi minh). J’accepte volontiers de partager un « hot pot », un réchaud et une soupe à gérer soi-même. Celui-ci était au poisson. Tout était sur la table, manquait les petits poissons (15cm), qui arrivèrent avec une belle gestuelle sur un plateau, VIVANTS », directement dans l’eau chaude qui devenait notre soupe. Je crois même me souvenir du regard des poissons et de leur tentative vaine d’échapper à leur destin. Celui de finir dans l’estomac de mon amie….mais pas le mien ! C’était surement bon, j’avais juste été un peu choqué de la manière . J’ai commandé autre chose tout en regardant mon amie se délecter de la totalité des poissons. Pour un « hot pot » au boeuf, les morceaux sont pré-découpés ! haha

  • gautier

    Le serpent c’est pas si mal que ça. En fait, j’en ai déjà mangé moi aussi mis c’était plutôt grillé avec des assaisonnements, ça fait toute la différence on dirait parce que c’était vraiment délicieux; sans rire 🙂

  • Oh, j’ai testé quelques trucs, mais jamais aussi bizarre (kangourou, autruche, élan, renne, caribou… très bon le caribou d’ailleurs! ;))
    Sinon pour ceux qui n’ont pas de portable, il y a des livres d’images exprès pour pouvoir communiquer…

  • Fatema

    Miam! Dans le même genre, j’ai mangé une énorme araignée grillée au Cambodge sans le savoir… Je l’ai su trop tard, le pire c’est que c’était super bon!

  • Karal

    j’aimerais trop trop gouter !!!

  • Salut

    Kalagan et moi partons de la côte pacifique mexicaine (Mazunte) où nous aurons passé une quinzaine, pour Oaxaca de Juarez dans qq jours. Une tradition culinaire locale, ce sont les « chapulines » (criquets, donc, qui sont frits avec ail, piment & co). Yeah : http://fr.wikipedia.org/wiki/Chapulines

    Ma foy, à y songer, je me situe à mi-chemin du dégoût et de l’enthousiasme. Et je songe que pour bien des étrangers le fait qu’on bouffe escargots et grenouilles est chose répugnante.

    Pour en revenir à ton article, j’ignore si le serpent se rapproche gustativement de l’anguille, mais c’est sans doute l’une des chairs les plus suaves que j’aie jamais goûtées.

    Salutations,

    M

  • Tibidus

    J’ai testé les vers de maripas et c’est franchement pas mauvais. Il faut les manger crus et quand ils explosent dans la bouche parce que tu les croques ils ont un bon gout de coco.

  • Et oui, se fier aux apparences parfois peut être trompeur, la preuve !! Pourtant, un poulet ne ressemble pas du tout à un serpent ! Pour ma part, ayant visité plusieurs pays, souvent africains, j’ai toujours été très méfiant sur ce que je trouvais en restaurant. Courageux oui, téméraire non lol

  • oaristis

    Hello voyageur, lonerly planet fait un pictodico, divers chapitres manger, dormir, bouger, objets divers, format poche, à spirale, facile à feuilleter quoi, mais perso j’aime pas tjrs traîner un sac, et préfère avoir tout dans les poches, alors comme toi, je progresse en mimes, bon vent, bonne route

  • Ian

    Je n’ai pas (encore) testé le serpent. Par contre, aux Philippines, j’ai pu goûter au balut. Le balut, c’est un œuf de canne fécondé cuit sur du charbon. On le déguste en perçant la coquille pour boire le jus, ensuite on « pèle » peu à peu la coquille pour manger le jaune avec un peu de sel et vinaigre. Et à la moitié de l’œuf, on mange l’embryon. Bon, moi j’ai toujours eu la chance d’avoir un embryon assez jeune donc je n’avais pas le bec ou les os à croquer :-). Pour le goût, l’œuf a un goût d’œuf et l’embryon a un goût de moelle épinière. C’était pas mauvais puisque j’en ai re-mangé par la suite 😉

  • Silvain A

    J’ai fait a peu près tout au Vietnam, serpent, chien, chat, vit luon (oeuf foetus), larves, crocodile.. et plusieurs poissons bizarre et crustacé, le machin préhistorique (faire gaffe il peu etre mortelle mal préparé). Le crocodile c’est excellent et on trouve pas mal, le crustacé préhistorique très bon quand c est bien préparé, le chat également. La plupart de fois que je mange du chien je suis déçus, c’est gras, vit luon je suis pas fan, serpent il était mal préparé et les larves pas super. Tout ce que j’ai mangé était a mon insu, les vietnamiens sont très fier de vous faire manger des choses qui vous dégouttent mais après plus d’un an ici, on s’habitue et j’ai mangé hier du chien sans rechigner c’est un plat de fête ici pour la TET (en particulier chez les catholiques)

  • Nguyen Thao

    Quelle bonne expérience au Vietnam. Le viande de serpent est proche de celle du poulet et est cuisiné en plat comme en nems.

  • Audrey

    Hello,
    Je pars bientôt au Vietnam et j’aimerais gouter du serpent. On peut en trouver facilement? (Je passe à Hanoï, Hué , Hoi An, HCMV)

    • RyanLesacados

      Tu en trouveras partout et sans problème 🙂