Mon voyage à Munich pour l’Oktoberfest

Accueil » Blog voyage » Carnet de voyage autour du monde » Mon voyage à Munich pour l’Oktoberfest
Mon voyage à Munich pour l’Oktoberfest

Ce que je peux être mal ordonné parfois ! A chaque voyage je répète la même erreur, préparer mon sac à la dernière minute.
J’aurais pu faire l’effort de m’organiser la veille ! Car oui, aujourd’hui je ne pars pas pour n’importe quel voyage, je pars pour un tour du monde, un voyage sans retour ! Ce n’est pas une sortie en forêt pour cueillir des châtaignes, merde !
Mais voilà, j’ai préféré passer ma dernière soirée en compagnie de mes meilleurs amis dans ce café à Paris, pour fêter mon départ…

L’heure n’est pas à la lamentation, mon train pour Munich est à 20h10 pétante depuis Gare de l’est et il est déjà 18h passé.

Je reste calme et jette un dernier coup d’œil à ma check-list pour être sûr de ne rien avoir oublié.
De toute façon dans quelques heures je me rendrais compte d’un oubli stupide, j’en suis sûr, ça se passe toujours comme ça…

Conseils pour un voyage en Allemagne

Si vous comptez venir en Allemagne, je vous recommande chaudement de consulter ma fiche Budget astuces et conseils pour un voyage en Allemagne.

Tchouchou le train Paris Munich

Mon train de nuit Paris MunichC’était moins une, j’arrive à Gare de l’est à 19h55, le temps de trouver mon train.

Sur le quai, une masse de populace, aussi agitée qu’un essaim d’abeilles lâchées dans la nature à la recherche d’un nouvel emplacement. On pouvait lire sur le visage de chaque voyageur la joie ou la tristesse qui les accompagnait. Des adieux en larmes, des adieux en rires, des adieux en baisers.

Mais il y avait aussi des voyageurs comme moi, seul avec leur sac à dos, cherchant le wagon qui correspond au numéro sur le ticket.

Ah le voilà, le numéro 18.

Avant de m’engouffrer dans le train je prends une dernière photo de l’extérieur, comme pour signer le début de l’aventure.

Un voyage en train de nuit

A l’intérieur du wagon il y avait du monde, la plupart des voyageurs étaient déjà installés dans leur compartiment, le mien était tout au bout de ce long couloir tapissé.
Au fur et à mesure que mes pas me rapprochent de ma cabine, je remarque que ce wagon était uniquement équipé de fauteuils. Chaque compartiment comportait six fauteuils en rangée de trois, l’un en face de l’autre. Mince, je ne vais pas pouvoir dormir ce soir… De toute façon je ne m’attendais pas à mieux vu le prix du billet (acheté à 10 euros sur internet à un particulier qui ne pouvait plus faire le voyage) !

L’autre surprise est que mon compartiment devait être celui avec le moins d’ambiance. Deux asiatiques dormaient déjà et un mec plutôt grincheux, qui ressemblait à mon vendeur de Kebab, lisait le journal dans une langue étrangère.
Je me réconforte à l’idée de pouvoir contempler le trajet de nuit car je disposais de la place côté fenêtre.

Dix minutes après un jeune entre dans la cabine et s’assied à côté de moi, suivi d’une fille avec une énorme valise. Elle était juste en face de moi et faisait des coucous incessants à ses parents sur le quai. Elle pleurait, elle riait, elle pleurait, elle faisait coucou. C’était fascinant.
Le train démarre, ça y est, c’est le début d’un long voyage sans retour. Je ne me rends pas vraiment compte de l’immensité de la chose, j’ai du mal à réaliser. Trop confiance en moi? C’est peut-être l’habitude du voyage.

Good bye Paris.

Une nuit mouvementée

Il est 22h, ça ronfle comme pas possible dans la cabine. J’avais l’impression d’être en plein milieu d’un chantier de construction.
Pour le bien-être de mes oreilles je décide de sortir afin de contempler le paysage extérieur depuis la fenêtre du couloir de train.
Il faisait sombre ici, mais j’aimais l’ambiance qui s’en dégageait.
On pouvait aussi entendre les rires d’autres compartiments. Sans doute des personnes faisant déjà la fête pour se préparer à l’Oktoberfest.

Ah oui, au cas où vous ne le sauriez pas je me dirigeais vers Munich pour la fête de la bière, plus communément appelé Oktoberfest !

C’est quoi l’Oktoberfest ?

Je ferais un article prochainement sur mon expérience à L’Oktoberfest mais pour être bref L’Oktoberfest, « fête d’octobre » en allemand, est une fête familiale (oui oui) se déroulant à Munich.

Cette fête fut créée le 17 octobre 1810 à l’occasion du mariage du futur roi Louis Ier de Bavière avec la princesse Thérèse de Saxe-Hildburghausen le 12 octobre 1810.

L’Oktoberfest est la plus grande fête foraine au monde. On y trouve des attractions historiques mais aussi de très modernes.
Cette fête durent généralement seize jours, de fin septembre au premier dimanche d’octobre et rassemble plus de six millions de personnes chaque année.

Le public se rassemble dans de grandes tentes festives où il peut consommer de la bière en écoutant de la musique.

La bière allemande est vendue à l’intérieur de quatorze tentes géantes montées et décorées pour l’occasion, ainsi que dans des tentes plus modestes et dans les « jardins à bière » (Biergarten) attenants. La bière est servie en Mass, chopes d’un litre. Sous les tentes, des orchestres interprètent des chansons et musiques bavaroises traditionnelles, auxquelles viennent s’ajouter, vers le soir, des chansons à succès allemandes et internationales. Généralement le public, debout sur les bancs, reprend en chœur ces chansons. Pour en savoir plus.

Quelques minutes plus tard le jeune qui était à côté de moi sort aussi du compartiment et s’écrit :

-C’est la guerre à l’intérieur !
-Effectivement, si j’étais resté plus d’une minute encore, je saignais des oreilles.

Andréas, c’est comme ça qu’il s’appelait, était un Allemand qui faisait le tour de l’Europe en train depuis deux mois maintenant et voyageait seul. A présent, il était sur le chemin du retour.

En Allemagne les étudiants reprennent les cours généralement à la mi-octobre et étant étudiant il se devait de rentrer. Je sentais un certain regret chez lui.
Je lui explique que je commençais tout juste mon tour du monde, que la première ville visitée était Munich mais qu’après je ne connaissais pas mon itinéraire.

Il était assez surpris de ma façon de voyager, lui n’avait pas vraiment planifié son itinéraire non plus mais disposait d’un billet interRail-Pass qui permet d’utiliser tous les trains d’Europe gratuitement ou à un tarif très minimum.

Attends, c’est quoi ce truc? Ça m’intéresse !

InterRail Pass, le principe est simple : on paie le Pass en fonction du nombre de jours où l’on compte voyager.
Par exemple pour un pass à 159 euros on peut effectuer 5 jours de voyages maximum étalés sur 10 jours et ce dans toute l’Europe (ou presque)! Un jour de voyage compte pour un trajet entre 00h01 et minuit.

Ce pass est parfait si vous savez pour combien de temps vous voulez voyager. Moi je me suis abstenu d’en prendre un, car je trouvais que ça limiterait bien trop ma façon de voyager.
Comme je le dis dans cet article, je souhaite pouvoir être totalement libre de mes déplacements, bouger quand je le souhaite.

Sa surprise fut plus grande quand je lui dis que je n’ai eu mon billet que pour 10 euros sur internet. Lui avait dû payer 15 euros sa réservation, malgré son Pass interRail.

BAM BAM !
Deux personnes sortent de la cabine d’à côté, celle-là même d’où venait tout le brouhaha. Apparemment des anglais vu leur accent So British. Avec tous mes voyages et rencontres, j’avais acquis la capacité inutile à reconnaître les différents accents.
Ils pouffent de rire et se mettent à la fenêtre pour fumer une cigarette.

(traduction, anglais vers français)
-Hey désolé les gars, on fait beaucoup trop de bruit, vous n’arrivez pas dormir ?
-Nan ça roule, ça me met personnellement déjà dans l’ambiance Oktoberfest. Dis-je.
-Ben on a des bières en plus si vous voulez nous rejoindre.

On échange un regard approbateur avec Andréas avant de suivre les deux anglais dans leur cabine.
Cinq autres personnes étaient déjà là. Trois filles et deux mecs. Les accoudoirs étaient levés on a donc pu s’installer facilement.
Neuf dans une cabine pouvant contenir six personnes ! Marrant à voir.

Effectivement tout ce petit monde venait du Royaume-Unis, sauf l’une des filles qui était Australienne. Tous se rendaient spécialement à Munich, pour l’Oktoberfest.

J’ai passé les trois heures qui ont suivi à échanger avec chaque personne. C’était agréable de connaître l’histoire de chacun, d’échanger sur les anecdotes et les bons plans en voyage.
J’apprends d’ailleurs qu’ils sont quasiment tous passés par un site internet qui s’appelle The-tent et qui permet d’être logé GRATUITEMENT à Munich.

Un bon plan à Munich ? Fais partager !

The-tent est un lieu ouvert entre juin et octobre où il est possible d’être loger GRATUITEMENT dans une tente géante de 600m². Ces tentes sont remplies de voyageurs venant de partout dans le monde, ce qui crée une atmosphère unique. Pas besoin de sac de couchage ni de tente ici, il y a des lits superposés à dispositions des voyageurs ainsi que des couvertures et des draps.
Mais vous avez aussi la possibilité d’utiliser des tentes de groupe (entre 15 et 26 personnes) ou bien de profiter d’un grand terrain et utiliser votre propre tente.

Ce concept est totalement gratuit et 100% écologique. La seule chose à faire pour pouvoir profiter du service et de réserver à l’avance sur leur site internet.

Aller au contact des autres m’a toujours apporté et cet échange ce soir-là me l’a confirmé. J’étais parti depuis quelques heures à peine et j’avais déjà trouvé un endroit où loger au cas ou mon plan A tomberait à l’eau. Au-delà du fait d’avoir trouvé un bon plan je passais une très bonne soirée en compagnie de tout ce monde, je me sentais vraiment bien.

Avec tous ces anglais autour de moi, j’avais l’impression d’être Harry Potter dans le train pour Poudlard.

Arrivé à Munich

Gare de MunichIl est 7h, je me réveille dans ma cabine.
Andréas descend un arrêt avant moi, une ville proche de Munich, il me propose de m’héberger si je passe dans le coin.
Je prends son numéro et on se salue.

Mon sac sur le dos, je me dirige vers la sortie et attends l’arrivée à Munich, pas de signe des Anglais. Il étaient bien saouls la veille.

Ça y est une petite sonnerie retenti faisant savoir que c’est le terminus.
Un pied devant l’autre, je sors du train.

Bon et maintenant qu’est-ce que je fais ? Me dis-je.
Ah oui. L’auberge.

Comment j’ai eu plusieurs nuits gratuites en auberge

Quelques jours auparavant je m’étais renseigné sur le prix des auberges de jeunesse à Munich et je peux vous dire que j’ai un peu halluciné.
Durant l’Oktoberfest, un lit dans un dortoir coute un peu moins de 100 euros ! Il y a plus de 6 millions de personnes qui sont attendues, pas étonnant que les prix décollent.
Vous devez surement vous dire « Et le Couchsurfing ? », oui, sauf que je ne suis pas le seul à y avoir pensé. Il n’est donc pas si évident de trouver quelqu’un sur ce site.
De plus je ne connaissais pas le site The-tent avant le début de ce voyage.

La solution que j’ai trouvée était de faire jouer mon blog.
Quelques mois auparavant j’avais pu avoir des nuits gratuites en hôtel grâce au site Le sac à dos. Mais aussi parfois des articles de voyages gratuits.

J’ai donc envoyé plusieurs mails rédigés dans un anglais très soigné et très pro, en formulant ma demande d’hébergement gratuit et en présentant le blog… et ça a marché ! Sur les six mails envoyés j’ai eu un retour positif d’une auberge de jeunesse qui était prête à m’accueillir quatre nuits gratuitement ! J’ai donc pu économiser près de 400 euros ! De plus cette auberge se trouve à moins de deux minutes du festival. La seule contrepartie était de citer cette auberge dans un article, ce que je ferais d’ici quelques lignes…

Habituellement, mon tout premier reflex quand j’arrive dans un pays est d’essayer de rejoindre le centre ville et de chopper une carte dans un hôtel ou une auberge. L’autre solution est d’aller parler aux personnes que je croise dans la rue pour trouver mon chemin, mais il était 7h30, j’étais fatigué et je me suis donc résigné à l’idée de rentrer en communication avec les locaux.

Je me dirige vers la sortie de cette immense gare en suivant la masse de personne qui sort du train. Mon regard constamment happé par des dizaines de gaillards qui déchargent et rechargent des malles et des sacs de voyageurs.

J’étais tout de même assez surpris de n’entendre parler que anglais autour du moi. L’Oktoberfest attire beaucoup d’étrangers et je commence à douter de l’ambiance authentique que pourrait revêtir cette fête.

Dehors, j’aperçois une auberge de jeunesse de l’autre côté de la rue, ils doivent surement avoir des cartes de la ville qu’ils donnent gratuitement, je décide donc de m’y rendre.

Les allemands ont l’air très discipliné, personne ne traverse tant que le petit bonhomme ne passe pas au vert… Je me suis déjà pris une amende en voyage pour avoir traversé à la française, dans le doute je fais donc comme eux…

Costume traditionnel OktoberfestA peine arrivé à l’auberge que le gars de l’autre côté du comptoir me gueule  » COMPLET ! »
Je lui dis que j’aimerais juste avoir une carte de la ville, il me l’offre généreusement et j’en profite pour lui demander où se trouve l’auberge que je recherche.
Cool j’avais tout d’indiqué.

Carte en main, je me dirige vers l’auberge.
Plus j’avance, plus je remarque des personnes à l’accoutrement sophistiqué. Plus étonnant encore, je remarque ces même personnes en train de boire dans des chopes de un litre à 8h du matin.
Wow.

L’auberge de jeunesse Smart-Stay à Munich

Smart Stay Munich OktoberfestJ’étais arrivé dans l’auberge Smart-Stay.de. La sensation était très étrange car j’avais pour habitude d’être dans des auberges assez petites et authentiques, ici j’avais l’impression d’être dans un gros hôtel. Cependant l’ambiance qui s’en dégageait restait jeune et conviviale.
Des personnes en costume traditionnel étaient dans le hall d’entrée et se préparaient déjà à aller à l’Oktoberfest.
Je me présente au comptoir et rencontre mon interlocuteur dans les mails, Martin (ce prononce Martine, en allemand). Il était sympathique, après quelques mots échangés il me dit que le check-in n’est pas avant 14h. J’étais vraiment fatigué, je n’ai pas vraiment dormi cette nuit-là et espérait me reposer quelques heures.

Il me propose de laisser mon sac dans la réserve et de visiter l’Oktoberfest en attendant. Je m’y résous.

Les premiers pas à l’Oktoberfest

Je sors de l’auberge et remarque des dizaines de personnes en costume traditionnel se diriger vers la même direction, la cervelle aussi perspicace qu’une tranche de pain j’interpelle la première personne qui passe devant moi en demandant quel était le chemin pour l’Oktoberfest :

-Salut, tu connais la direction de l’Oktoberfest ?
-Euh.. Oui, c’est à seulement cinq minutes sur cette route !
-Ah super merci, vu ton accoutrement j’imagine que tu vas surement dans la même direction, j’vais te suivre pour être sûr de ne pas me perdre !
-Haha, ok sans problème !
-Bon, par contre je pensais que c’était une légende les allemandes qui buvaient des bières dés le matin et tu es en train de me confirmer ce préjugé.
-Haha, non du tout, je travaille dans une des tentes pendant l’Oktoberfest, pas de bière pour moi !
-Ah oui ? Ça doit pas être facile d’être toute la journée avec toutes ces personnes saoules.
-Oui, mais en même temps c’est très bien payé.

Et en effet, elle m’apprend qu’une chope de un litre de bière coute 10 euros et que sur chaque bière vendues la miss se faisait 2 euros !
L’année passée, elle avait gagné plus de 9 000 euros en deux semaines, sans compter son salaire !!
Je trouvais ce système très ingénieux car permettait de motiver les serveurs à être productif, certaines personnes arrivaient à se faire plus de 15 000 euros pendant l’Oktoberfest !

Je passe quelques minutes à discuter avec Alissa et elle m’invite à passer à la tente numéro 10 plus tard, là ou elle travaille, pour des bières gratuites !
Pas mal, je m’étais déjà fait une amie dès la première heure à Munich. L’accent français a dû jouer en ma faveur.

Oktoberfest le matinJe continue ma balade dans l’Oktoberfest. Il y avait des manèges partout, j’avais l’impression d’être à la fête foraine de Paris, je ne m’attendais pas du tout à ça.
Plus le temps passait, plus il y avait du monde, des familles pour la plupart, tous en costume. Les immenses tentes en bois étaient l’une à côté de l’autre, pas grand monde à l’intérieur. Il était encore tôt.

Je décide donc de revenir à l’auberge après cette petite visite, car vide d’énergie. Je recroise Martin et lui demande si il n’y a vraiment pas possibilité d’avoir une chambre tout de suite.
Il accepte. Alléluia.
Je monte dans mon dortoir qui était au 3e étage et entre dans la chambre. Plusieurs personnes dormaient, je me glisse dans mon lit aussi silencieusement qu’un ninja.

C’est dans ces moments là qu’on repense à sa journée et aux trucs stupides. Pour ma part je me suis seulement dit :

Merde, j’ai oublié ma tondeuse à barbe à Paris

Ce qu’il faut retenir

  • Si vous avez un itinéraire précis de voyage en Europe et que vous êtes limité dans le temps, le pass InterRail peut être une bonne solution, dans le cas contraire vous vous en sortirez encore mieux en faisant du co-voiturage, du stop ou en cherchant un billet de train sur internet.
  • Si vous comptez partir à Munich entre juin et octobre, les solutions gratuites sont : couchsurfing (fonctionne toute l’année) et The-tent.
  • Si vous avez un blog, jouez avec celui-ci pour avoir des nuits gratuites en auberge.

Conseils : Tous les voyageurs solitaires vous le diront, aller vers les autres vous apportera toujours quelque chose. Que ce soit des bons moments ou des bons plans ! Le voyage passe par la rencontre de l’autre et chaque jour me le confirme.

Dépenses total jusque-là

10 euros : Billet de train Paris-Munich

Dans mon prochain article je vous dirai:

  • Comment j’ai survécu à L’oktoberfest, et ce qu’il faut absolument savoir pour ne rien rater !
  • Mon départ pour Vienne gratuit et les solutions gratuites qui sont possibles !
Loading Disqus Comments ...

Sitemap / XML sitemap - Copyright © 2011 - 2015 Blog voyage Le sac à dos - Tous droits réservés - Mentions Légales