Ma technique secrète pour éviter les arnaques en voyage

Voilà une astuce qui intéressera forcément les voyageurs…
Au fil de mes voyages, après m’être fait arnaquer sans doute plusieurs dizaines de fois, j’ai fini par trouver LA technique qui permettait de payer le même prix que les locaux.

Très simple à appliquer, elle vous sauvera la mise dès lors que vous voudrez acheter quelque chose en voyage, que ce soit des souvenirs, à manger ou des services en tout genre.

L’arnaque basique

L’histoire se déroule dans les rues de Fort Cochin, une ville de Kerala en Inde du Sud. Il est 13h, je me balade tranquillement à la recherche de mon déjeuner. J’ai une envie folle de samoussas, vous savez, ces délicieux beignets triangulaires aux légumes, à la viande… Et surtout bourrés d’huile !

Premier réflexe pour trouver mon repas : regarder autour de moi.
En Inde, la street food est reine et je savais déjà que je trouverais mon bonheur en deux temps trois mouvements.
Ca y est ! J’en ai repéré ! Je me dirige tranquillement vers le vendeur puis lui fais comprendre que je souhaite trois ou quatre samoussas. Aveuglé par la faim (enfin, surtout par la gourmandise…), j’oublie de discuter du prix avant la commande ! Alors qu’il commence à préparer mes samoussas, je lui demande :

« – Combien ?
– 100 roupies
– Pardon ? J’veux pas acheter l’échoppe je veux juste quelques soumoussas !
ce à quoi le vendeur a réparti mielleusement et sans hésiter :
– Prix normal monsieur, tout le monde paie même prix .

Alors oui, en France, 100 roupies ce n’est qu’1€30 (d’ailleurs je vous invite à lire l’article acceptez qu’on essaie de vous arnaquer en voyage), mais comparé au coût de la vie local, je vous assure que c’est énorme !
Comme j’avais déjà commandé mes samoussas, je n’ai malheureusement rien pu faire de plus. Je lui ai donné ses 100 roupies, un peu fâché contre moi de ne pas avoir demandé le prix avant, et reprends ma route…

La méthode pour éviter de payer le « prix touriste »

L’un des nombreux avantages à visiter des pays comme l’Inde, le Vietnam ou le Cambodge, c’est que le coût de la vie y est très bas. C’est vrai à condition de ne pas se faire sans arrêt arnaquer. Regardez par exemple l’histoire de mes samoussas à Fort Cochin. Plutôt que de payer le prix local, je me suis retrouvé à payer mon repas 5 fois plus cher que normalement !

Alors, comment payer comme un local et non comme un touriste ?
Inde street foodDès lors que vous voulez acheter quelque chose et que le prix vous est inconnu, attendez quelques minutes qu’un local achète avant vous afin de connaître le prix. A vous ensuite d’acheter ce que vous voulez et de tendre la somme sans poser de question.

Croyez-en mon expérience : c’est on ne peut plus simple, mais ça fonctionne !
Pour en revenir à l’histoire de mes samoussas, j’ai fait l’expérience un peu plus tard d’attendre qu’un local viennent en acheter et je me suis rendu compte que j’aurais dû payer 20 roupies au lieu des 100 annoncées par le vendeur.
La conclusion, c’est que si j’avais attendu qu’un local vienne en acheter avant moi, je ne me serais pas fait arnaquer.

Et c’est pareil pour tout !

Finie ma dissertation sur mes samoussas à 100 roupies. Cette méthode de simple observation marche dans toutes les situations. Aujourd’hui, je m’en sers en permanence dès lors que je pars voyager dans des pays où il existe un « prix local » et un « prix touriste ».
Pour prendre le bus local, par exemple, je monte dedans puis j’observe le montant que les locaux donnent au chauffeur. Quand j’arrive à destination, plutôt que de demander le montant, je tends la même somme que les autres passagers. Pareil quand j’achète une boisson sur la plage, de l’artisanat local ou un sandwich dans la rue…

Un conseil : ne demandez jamais « combien ça coûte ? » mais débrouillez-vous pour connaître le juste prix.

Qu’est-ce que vous pensez de cette méthode ? Est-ce que vous l’avez déjà essayée ? A-t-elle fonctionné pour vous aussi ?

Ryan Lesacados

Hey! C'est Ryan ! Depuis 2011 ce blog a aidé des millions de personnes ! Laisse-moi ton email et reçois toi aussi gratuitement mes meilleurs conseils pour éviter les arnaques, économiser et voyager moins cher!

  • Chloé

    Très vrai ! Et si utile ! En Indonésie par exemple nous l’avons beaucoup utilisée, en Inde un peu aussi, elle est utile partout je crois de toute manière 😉

  • Adrien Cauzard

    Très intéressant je crois que pour mes voyages a l’étranger que je n’ai pas encore commencé je vais adopter cette technique

    • RyanLesacados

      Le mieux et de voir les magasins les plus proches de chez toi, quand tu trouves un sac à dos qui te plait, tu notes les références et tu le commandes sur Amazon.

  • Lydia@nowmadz

    Ah oui c’est clair qu’on s’est nous aussi fait avoir comme toi avec le Samoussa: demander le prix après c’est à coup sûr courir le risque de l’arnaque! Bon, toute mesurée, car 100 roupies, c’est pas grand chose… mais ça fait pester quand même de se dire qu’on s’est pris un x10 à cause de notre bonne tête d’occidental… Ta technique est très bonne, observer puis négocier le prix AVANT l’achat!

  • Olivier

    Sinon il faut faire comme au Vietnam où TOUT, absolument tout est négociable (plus dur quand le prix est afficher).

  • Rachel Latour

    Oui c’est une très bonne methode. Et dans un autobus, toujours penser à demander à un autochtone aussi près de soi avant que le jeune homme passe récupérer l’argent. Car la aussi on peut facilement se voir avoir et payer beaucoup us cher que les locaux pour la même distance.

  • Barbara

    Je pense que c’est une excellente idée, j’ai adopté à peu près la même technique au Cameroun, pour payer les motos-taxis et les taxis-voitures. Sauf que les gens ne tendent leur monnaie qu’à la fin de la course, donc je demande simplement aux gens de la ville combien coûte un trajet jusqu’à l’aéroport, ou jusqu’au centre-ville, et comme les camerounais sont très habitués aux trajets en taxi, ils connaissent souvent les tarifs par cœur (l’avantage des tarifs fixes aussi !). Ca ne m’a pas dispensé de regards un peu suppliants bien qu’amusés de la part des chauffeurs qui auraient espérer tirer davantage d’une touriste, mais du coup, vu que la course coûtait souvent 15 centimes d’euros, je rajoutais pour que ça fasse au minimum le double quand le chauffeur était sympa.

  • Vraiment très simple comme astuce, tellement simple que l’on y pense même pas.

    Merci de ce petit conseil

  • J’adopte aussi un peu la même technique, de me mettre en retrait et observer un peu comment les choses se passent. Et c’est transposable pour tous les pays du monde.

    Parce qu’avec mes yeux bleus et mes cheveux blonds, je ne passe pas inaperçu, et ils sont nombreux a avoir déjà essayé de « profiter » de mon statut d’étrangère (et trop encore à avoir réussi … !).

    Moi qui n’adore pas marchander, je trouve que connaître déjà la valeur de ce que l’on veut acheter (en observant et en comparant les prix), c’est le plus simple.

  • Canarticho

    Tu as raison : parfois il vaut mieux accepter de se faire arnaquer. Surtout quand la somme demandée est dérisoire. En tout cas, moi, si j’étais dans une situation similaire, par exemple en Inde, je serais gêné de demander à payer le même prix que les locaux, enfin c’est mon avis. Tes articles sont intéressants, merci de faire partager ton expérience de voyageur aventurier baroudeur expérimentateur 🙂

  • julien

    Article très drôle sur le comportement des vendeurs en Indes, tu es blanc, tu es occidentale = tu es riche… Et tu paye X2 à X10. Toujours demander le prix avant et négocier avant ou utiliser cette très bonne méthode de Ryan quand c’est possible. Car si tu veux par exemple t’acheter un short dans un magasin à Palolem (ou il y a beaucoup de touriste) tu peux toujours attendre l’Indien voulant acheter le même produit que toi. Par principe sur l’artisanat local à mon avis tu peux tout de suite diviser par deux le premier prix annoncer. Un bon indicateur est le salaire moyen, par exemple un manageur de guest house à Goa gagne entre (6000 et 7000 roupies par mois, soit en gros 85 euros).

  • julien

    C’est vrai que pour ma part ça ne me dérange pas de payer plus qu’un local, par contre j’aime bien quand l’interlocuteur est clair et lorsqu’il n’y a pas d’abus (je suis blanc donc riche pour l’Inde mais j’ai aussi un budget serré pour deux ans de voyage).

    J’ai constaté que la plupart des personnes en Inde, quand on creuse un peu sont bienveillantes. C’est sur que dès que tu te rapproches des coins touristiques les prix montent, mais avec un peu de connaissance du terrain et une bonne compréhension de la vie local je pense que l’on peut être généreux avec la personne aimable et qui rend de bons services… Sans pour autant se faire arnaquer.
    Quand on voit le niveau de vie moyen du pays on comprend aisément la tentation que peut avoir ce peuple à vouloir gratter un billet quand il le peut.

  • Reeon

    Cette technique ne marcherait assurément pas en Thaïlande. Ici tu paies ce qu’on te dit de payer ou tu peux aller voir ailleurs. De plus, la politique du double tarif étant largement répandue et acceptée, pas le moindre scrupule tu observeras dans l’oeil de ton interlocuteur jeune padawan 🙂

    • léo

      personnellement j’ai beaucoup négocié en thailande, et j’ai même vu une locale imposer un prix 3 fois plus bas que celui annoncé et la vendeuse a fini par lui courir après et accepter parce qu’elle faisait mine de s’en aller … Si tu as l’occasion d’y retourner, essaye !

  • dylan le borgne

    Pas mal

  • Sympa cette méthode, je la garde en tête 🙂

  • Très bonne astuce, qui peut être déclinée dans pleins de situations. En chine il y a deux grosses arnaques de touristes, ce sont des filles qui vous proposent d’aller boire le thé avec elles, sauf qu’au moment de payer c’est un prix exorbitant, ou des étudiants en calligraphie qui vous propose d’acheter les « toiles uniques » de leur professeurs.

  • Romain.

    Bonjour Ryan,

    J’ai également fait la même choses lors de mon voyage au Népal que ce soit pour le bus pour la nourriture ou pour divers achats les prix ne sont les mêmes pour tout le monde et il faut donc bien observer.. J’aime beaucoup ta remarque sur l’acceptation de se faire arnaquer de temps en temps je l’ai également fait là-bas pour certains achats.. Ce faire arnaquer de 1€ n’est pas grand chose pour nous mais pour les locaux selon ou vous vous trouvez cela peut être beaucoup pour eux..

    AmicalemenT.

  • Marine Le Louerec

    La langue également…
    J’ai pu remarquer à travers mes voyages (en Chine particulièrement) que lorsque vous baragouinez la langue du pays (ne serait-ce que quelques mots, assez pour marchander) les prix descendaient drôlement. ça montrait aux locaux que nous nous intéressons à leurs pays et leurs coutumes, et également que nous étions probablement là depuis plusieurs jours et que du coup, nous aussi connaissions les « normes tarifaire en vigueur » ^^

    • RyanLesacados

      C’est une astuce qui fonctionne toujours 🙂
      Les locaux sont plus sympathique quand on bredouille quelques mots !

  • Alexis

    Pas évident quand on est sourd… T’aurais pas une autre méthode ?

    • RyanLesacados

      Ben cette « technique » est basée sur l’analyse, pas besoin de parler juste de regarder combien les autres payent ^^

  • Nico

    Ou alors tu demandes aux autres clients et non au vendeur 🙂

    • RyanLesacados

      Pas sûr que la personne en face parle anglais, et pas sûr que le lecteur qui me lit parle anglais aussi, l’observation reste pour moi la meilleure solution ^^