Chargement…

Une retraite silencieuse à Bali, entre yoga et méditation

1

Une retraite silencieuse à Bali, entre yoga et méditation

« Mangez, dormez, lisez, et ne faites que ça. Dans la paix et dans le silence. »

Scroll pour lire la suite
Swipe pour voir plus d'articles

Cela faisait déjà quelques semaines que j’habitais à Bali. Mais pour échapper à l’effervescence du Nouvel An j’étais à la recherche d’un endroit calme où je pourrais méditer sur moi-même et sur la vie en général.

Ces dernières années ont été particulièrement stressantes. Alors j’avais besoin de me déconnecter de tout; Facebook, whatsapp, email, etc. pour me retrouver un peu.

En discutant de ce sujet avec une amie, elle m’a parlé de sa retraite Vipassana en Thaïlande.

« C’est une expérience géniale, je te la recommande. Ça change vraiment quelque chose en soi de ne se concentrer que sur son âme et son corps pendant 10 jours. Mais je préfère te prévenir que c’est épuisant, et qu’il faut vraiment le vouloir. On ne mange que de deux fois par jour et le fait d’être assis toute la journée fait terriblement mal au dos. »

J’avais vécu une expérience presque similaire dans un temple bouddhiste en Thaïlande.

Mais pour être honnête j’avais besoin d’autre chose, un lieu calme, où je pourrais vraiment ne rien faire.

C’est comme ça qu’elle s’est mise à me parler du Bali Silent Retreat. Une retraite silencieuse dans un écosanctuaire qui propose des séances de yoga et de méditation.

Se concentrer sur son âme et son corps pendant quelques jours, c’est ce qu’il me fallait.

Le lendemain, j’avais réservé une retraite silencieuse d’une semaine dans cet établissement. Et voici ce que j’en ai retenu.

Perdu au milieu de Bali

Bali Silent Retreat est située à une heure et demie de route au nord-ouest de Ubud, à Bali.

Depuis Ubud, j’ai pris une navette organisée par l’établissement qui m’a fait traverser de magnifiques rizières en terrasses, des petits villages isolés et des étendues sauvages à perte de vue. Plus je m’approchais de la retraite, et plus je me sentais isolé, loin de toute civilisation.

Et c’est là, au milieu de nulle part, que Bali Silent Retreat émergea des rizières, avec la jungle en arrière-fond.

Lorsque j’ai demandé à la réception, j’ai appris que le village le plus proche se trouvait à une vingtaine de minutes de marche. J’avais regardé sur Google Maps avant de venir, et je n’avais pas du tout réussi à localiser la retraite. C’est vraiment loin de tout.

La philosophie de cette retraite silencieuse

C’est pour sa philosophie que j’ai décidé de réserver mon séjour dans cette retraite. L’établissement se concentre sur le yoga, la méditation, le silence et la nourriture saine. Ils font tout pour respecter l’environnement et le corps de chacun.

« Joignez-vous aux autres ou rester seul pour faire du yoga, de la méditation, prier, ou apprendre l’art de ne rien faire. Mangez, dormez, lisez, et ne faites que ça. Dans la paix et dans le silence. »

Bali Silent Retreat propose aussi un concept culinaire unique : « New Earth Cooking ».
Le chef propose de découvrir comment votre alimentation a un effet sur l’humanité, sur la vie et sur la planète. Ici, on ne mange quasiment que des ingrédients locaux issus du développent durable : des herbes aromatiques, des noix, des légumes et des fruits.

Il n’y a ni viande, ni gluten, ni produits laitiers, ni additifs.

Les œufs utilisés dans les recettes proviennent de canards qui se baladent librement dans les rizières et, franchement, je n’en avais jamais goûté d’aussi bons !

La philosophie culinaire de la retraite permet de prendre conscience de ce que l’on mange. La plupart des produits viennent du potager de l’établissement, et on les déguste en prenant son temps. Il y a un buffet où l’on peut se servir à volonté en contemplant de somptueuses vues sur la campagne balinaise. C’est vraiment chouette.

Manger aussi sainement permet de se rendre compte à quel point notre alimentation a un impact direct sur le monde qui nous entoure. Ici, pas d’additifs ni de produits chimiques ni d’eau polluée, juste les fruits de la nature. La cuisine New Earth a pour objectif de vous montrer que la nourriture végétarienne et végane est elle aussi délicieuse, et qu’il existe un nombre infini de recettes différentes.

De mon côté, et comme beaucoup, je suis littéralement tombé amoureux de cette cuisine. Je me suis tellement régalé que j’ai beaucoup trop mangé les deux premiers jours, et que j’en suis tombé presque malade. Moi qui m’attendais à avoir faim pendant une semaine, ça a été tout le contraire, et chaque repas a été un véritable plaisir.

En plus, la retraite laisse des fruits et des cookies à disposition tout au long du séjour.

L’établissement

Dès mon arrivée à la retraite, et après m’avoir briefé quelques minutes sur les lieux, on m’a donné :

  • un petit sac avec un drap,
  • deux serviettes,
  • un kimono,
  • une grande tasse pour le thé,
  • du répulsif à moustiques à la citronnelle,
  • une lampe de poche,
  • un plan de la retraite,
  • et un petit journal avec un stylo.

Sur le coup, j’ai eu l’impression d’avoir gagner des lots pourris à une kermesse de maternelle.

Ensuite on m’a fait faire un tour des lieux. La retraite se compose de plusieurs petits bâtiments répartis sur un vaste domaine verdoyant. Il faut marcher quelques minutes pour rejoindre la salle du petit-déjeuner depuis le lodge, et ça fait partie du charme des lieux.

Le lodge est l’endroit le plus important du site, c’est ici que l’on mange et que l’on trouve les salles de yoga et de méditation. Les jardins sont très bien entretenus et offrent des vues à couper le souffle sur la campagne environnante. On a aussi accès à une grande bibliothèque avec des tas de livres sur différents sujets ; aussi bien des romans, que des livres de développement personnel.

Bali Silent Retreat n’accueille que 35 personnes en même temps au maximum, ce qui permet de profiter d’une atmosphère vraiment relaxante et conviviale.

Face à une rivière bruyante, à une dizaine de minutes à pieds, se trouve un banc sous une moustiquaire ; « The Crying Bench ». Il sert apparemment de lieu pour s’isoler, à l’abris de tout, afin de venir verser ses larmes. Cet endroit m’a particulièrement touché. Peut-être parceque je pouvais ressentir l’atmosphère pesante et douloureuse qui y régnait.

Hébergement

Lors de la réservation, on a trois choix : un lit en dortoir de 8 lits (avec un dortoir dédié aux filles), une chambre simple, ou une chambre double. Comme je voulais être vraiment seul, j’ai opté pour une chambre simple dans un bungalow. La salle de bain est ouverte sur l’extérieur et on peut donc prendre une douche tout en admirant la vue.

Une journée type à la retraite silencieuse

Bali Silent Retreat n’impose aucun programme en particulier, ce qui est vraiment plaisant par rapport à une retraite Vipassana par exemple. Tous les programmes et toutes les activités sont optionnels, et vous avez tout à fait le droit de juste manger, dormir, et ne faire que ça de vos journées.

Lorsque vous réservez, vous avez un pass journalier qui vous donne le droit d’assister gratuitement aux différents programmes et aux sessions de yoga et de méditation. De mon côté, l’objet de mon séjour était justement de ne rien faire.

Voici le programme d’une journée type :

  • De 6h à 6h45 : étirement, méditation seul sur mon balcon
  • De 7h à 8h30 : marche dans la jungle jusqu’à la rivière
  • De 8h30 à 10h : petit-déjeuner au buffet
  • De 11h30 à 14h : déjeuner au buffet
  • De 14h à 15h15 : Écriture dans mon journal
  • De 15h30 à 16 : méditation sous la cascade
  • De 16h30 à 18h : dîner au buffet
  • De 18h à 19h15 : lecture
  • De 19h30 à 20h30 : méditation accompagnée

Il était possible de faire du Yoga a de nombreux moments de la journée, mais je n’ai pas souhaité m’y rendre.

En plus des activités « classiques », l’établissement organise des activités hebdomadaires ou mensuelles comme une randonnée matinale dans les rizières et dans la jungle, Future of Food avec le chef, excursion jusqu’aux sources chaudes (coût supplémentaire), et d’autres activités.

Mais si le cœur vous en dit, vous pouvez aussi aller vous balader au milieu des rizières et dans la jungle par vous-même, visiter un village ou vous promener dans les jardins. C’est ce que j’ai fait la plupart du temps.

Yoga et méditation dans la retraite

Tous les matins je m’imposais des séances d’étirement pour réveiller mon corps. J’ai pu voir d’autres personnes participer aux séances de yoga collectives, il me semble que c’était du yoga Asana combiné à différentes techniques de respiration. Il y avait des professeurs donc je pense que je n’aurais eu aucun mal à me joindre à eux. Ici, le yoga est aussi bien accessible aux habitués qu’aux débutants.

Pour ce qui est de la méditation, c’est un peu différent. La séance matinale qui dure 45 minutes n’est, à mon sens, pas vraiment adaptée aux débutants. Je n’avais jamais vraiment médité avant et j’ai été incapable de m’asseoir 45 minutes à me concentrer sur mon corps. Pour moi, cette méditation est réservée aux personnes déjà entraînées. Et comme on ne peut pas vraiment apprendre sur place, je vous conseille de ne pas la suivre si vous êtes débutant. Certes il y a une petite présentation de 10 minutes au début de chaque cours, mais c’est loin d’être assez pour apprendre l’art de la méditation.

La séance de l’après-midi, par contre, est vraiment parfaite. On s’assoit ou on s’allonge et on se laisse guider par la voix du professeur. J’ai adoré sentir tout mon corps se détendre et me focaliser sur mon esprit. Après chaque séance, je me sentais profondément relaxé.

Qu’est-ce que cette retraite m’a appris ?

Je ne vous cache pas qu’avant de me rendre au Bali Silent retreat je me suis demandé si j’allais bien pouvoir tenir plusieurs jours sans parler. Je me suis même posé des tas de questions du genre :

Mon dieu, et je fais comment si je veux demander quelque chose ?
S’il y a un danger ?
Et ma voix ? Est-ce que je vais pouvoir me souvenir du son de ma voix ?
Moi qui adore discuter avec des gens, rigoler, faire des blagues, j’vais me faire chier !

Après coup je peux vous l’affirmer, c’est vraiment pas difficile. Faut juste la fermer en fait. Magique.

Partir plusieurs jours dans une retraite silencieuse m’a donc permis de me recentrer sur moi et de réfléchir aux choses importantes de la vie. Je ne dis pas que ça m’a fondamentalement changé. Mais je sens vraiment que se fut une expérience bénéfique. Le simple fait d’être déconnecté de tout, sans internet ni téléphone (enfin sauf les moments où j’ai tourné quelques videos) m’a fait beaucoup de bien.

J’ai passé beaucoup de mon temps à manger et j’ai adoré mes différents échanges avec le chef durant l’activité cooking. Cela m’a permis d’apprendre énormément de choses sur la nourriture et l’importance de l’alimentation. Je ne m’attendais pas du tout à ce que la nourriture joue un tel rôle dans cette aventure.

Une autre chose que j’ai apprise, c’est que la méditation est loin d’être une activité facile. Je pensais que j’apprendrais à méditer sur place et que je serais expert en quittant les lieux, mais ce n’est pas du tout le cas. J’ai tout de même réussi à prendre du plaisir lors des séances de l’après-midi.

Mais la plus grosse chose que j’ai apprise, au cours de cette retraite, c’est qu’une fois qu’on ne dit plus rien, on a la possibilité d’écouter et d’entendre ce que notre voix intérieure a à nous dire.

Si vous êtes de passage à Bali, je vous invite à vous faire votre propre avis. Et si vous avez un doute, voici une petite vidéo pour vous donner un aperçu :

Site internet de la retraite silencieuse : Bali Silent Retreat
Autres articles sur Bali : Trek sur le mont Batur et Visiter les îles Gili à Bali.