Devenir Digital Nomad: comment travailler sur internet tout en voyageant en 2019

Envie de devenir digital nomade et d'être géographiquement libre?

Ne vous êtes-vous jamais demandé « Comment travailler et voyager en même temps ? » ou bien « Comment pourrais-je survivre en voyage ? »

Ce sont des questions que je me suis posées en 2008, alors que j’étais encore étudiant en première année d’école d’ingénieurs.
A cette époque, je rentrais d’un long voyage de plusieurs mois à travers l’Asie du Sud-est (voir la fin). Un voyage qui m’a complètement changé et qui m’a donné envie d’explorer le monde. Un voyage durant lequel j’ai croisé la route de nombreuses personnes qui réussissaient à voyager et travailler en même temps.

En 2007, Tim Ferriss sortait son livre La Semaine de 4 Heures dans lequel il dépeignait déjà ce même mode de vie et de travail.

Mais même à cette époque, jamais Ferriss n’aurait pu prédire l’importance, l’évolution et l’impact des réseaux sociaux, des applications et des services à la demande.

Aujourd’hui, l’évolution est telle que c’est toute une industrie à part entière qui se développe autour de ce mode de vie; des conférences et des séminaires dans le monde entier, des applications dédiées, des villes et des îles ont même construit leur réputation autour de ce mode de vie. Et depuis peu, on donne un nom à cette façon de travailler et de voyager en même temps.

C’est comme ça que je suis devenu, un peu du jour au lendemain, un nomade digital.

Ile Gili Indonésie

Ce que je souhaite faire dans cet article, c’est d’abord vous présenter ce mode de vie et ensuite partager avec vous toutes les ressources pour devenir digital nomad et vous lancer rapidement.

Cet article a été long à écrire, et l’objectif dans les prochains mois sera de le tenir à jour afin que vous puissiez y retrouver toutes les infos nécessaires.

Définition et Lifestyle

Être nomade digital, c’est aussi vague et facile que de rentrer dans un Starbuck, se connecter au Wi-Fi et travailler en sirotant un café. Ça peut aussi être s’allonger sur un transat sur une plage à Bali, allumer son smartphone et répondre à ses mails professionnels.

Certains profitent de ce statut pour vivre dans un pays au faible niveau de vie et économiser plein d’argent, d’autres en profitent pour changer régulièrement de destination et découvrir le monde.

Digital Nomad

Mais personne au final ne fait vraiment la même chose que son voisin. Et ça, c’est parce qu’il existe autant de types de nomades que de nomades.

Pour faire simple, je dirais que c’est quelqu’un qui gagne sa vie grâce à internet et aux nouvelles technologies, tout en changeant régulièrement de lieu de vie et sans véritable domicile fixe. Un nomade digital peut travailler de n’importe où dès lors qu’il a accès à internet via un ordinateur ou un smartphone. Certains postent sur Instagram ou créent un blog de voyage avec lequel ils tentent de gagner de l’argent, d’autres vendent leurs photos de voyage sur des plateformes, d’autres gardent leur métier de graphiste ou de développeur…

J’ai rencontré pas mal de personnes qui se lançaient dans l’aventure mais n’avaient pas encore réussi à tirer de l’argent de leurs projets. Ces personnes-là, je dirais qu’elles sont en phase de transition. Elles ne sont pas encore digital nomads mais elles pourraient le devenir prochainement. Attention, je ne dis pas que pour être nomade digital quelqu’un doit gagner plusieurs milliers d’euros par mois. Non. Je dis juste qu’un nomade gagne par définition assez d’argent pour subvenir à ses besoins, payer ses voyages et changer régulièrement de lieu de vie.

Différence entre un nomade digital et expatrié

Les gens ont tendance à confondre ces statuts et pourtant, je trouve qu’ils n’ont pas grand-chose à voir.

Un expatrié est une personne qui vit, de manière temporaire ou permanente, dans un autre pays que son pays d’origine. En général, il travaille dans son pays d’accueil et adopte le mode de vie local. Mais un expatrié peut aussi travailler sur internet tout en profitant d’une adresse fixe.

Il n’est pas rare que les expats et les nomades se rencontrent. Mais la différence est souvent visible, ne serait-ce que par l’âge. En effet, alors que les digital nomads sont généralement jeunes (le concept étant relativement récent), les expats, eux, ont souvent autour de 40-50 ans. On les rencontre un peu partout, aussi bien au Mexique qu’en Thaïlande, où ils vivent à l’année et se rencontrent souvent entre eux.

Expatriés et digital nomads ont des mentalités très différentes. Alors que les expatriés sont attachés à un endroit particulier où ils ont bâti leur vie, les nomades, eux, ont le monde à eux.

Les métiers pour devenir digital nomad

Il y a plein de façons de gagner de l’argent en ligne et chaque nomade digital que je rencontre prouve à quel point les possibilités sont infinies.
Pas de wifi à Gili

Imaginez qu’au cours de mes voyages, j’ai rencontré des médecins et des dentistes nomades digitaux qui proposaient des consultations via Skype!
À Bali je vivais dans la même villa qu’une Australienne qui fabriquait des bijoux et les vendait via son compte Instagram, d’autres louaient et géraient des appartements à distance via AirBnb, d’autres encore travaillaient en tant que traducteurs. Bref, il y a vraiment de tout!

Malgré toute l’étendue des possibilités, il y a certains métiers qui reviennent plus souvent que d’autres :

  • Développeur web et applications mobiles
  • E-commerce avec dropshipping (pas de stock)
  • Freelancing (designer, consultant, illustrateur, graphiste…)
  • Spécialiste webmarketing (SEO, Adwords, emailing, copy writer …)
  • Community manager
  • Traducteur
  • Création de contenus (blogging, YouTube…)
  • Rédacteur web
  • Création d’une formation en ligne
  • Employé à distance
  • Enseigner une langue à distance
  • Professeur ou formateur en ligne
  • Artiste (photo, vidéo, peintre…)

Comme vous le constatez, beaucoup de ces métiers sont liés à l’informatique, au multimédia et au web. Cependant comme je le souligne plus tôt il existe autant de possibilités que de nomades!

Quelles études suivre ?

J’ai personnellement suivi un cursus informatique. C’était effectivement très utile pour ma reconversion mais la plupart des connaissances que j’ai acquises se sont faites sur le tas. Cet univers évolue tellement que les cours en école sont constamment dépassées. J’ai bien plus appris en construisant mes propres projets, en suivant des séminaires (j’en parle plus bas) et en me formant sur des plateformes comme Udemy.

Trouver du travail en ligne

On y est, on rentre dans le vif du sujet. Vous savez ce qu’est un Nomad digital et vous souhaitez maintenant tester ce mode de vie. Mais vous vous posez une question : dans quoi travailler et comment trouver du travail à distance ?

La bonne nouvelle, c’est que les entreprises sont de plus en plus ouvertes au travail à distance. Demandez à votre bosse si vous pouvez continuer votre job à distance pendant un mois ? Si ce n’est pas possible alors la meilleure chose que je puisse vous conseiller, c’est de vous lancer à votre compte.

Ryan et Thomas à TitiBatu

Ça fait peur, mais beaucoup de nomads sont passés par cette phase. La différence c’est qu’aujourd’hui il est possible de dégoter des missions facilement sur le net. Rendez-vous sur Upwork, Remote.co, Working Nomads, Remote OK, ou encore Freelancer.com pour trouver une liste d’emplois pouvant être occupés du monde entier.

La grande majorité des digital nomads occupe un poste de développeur, mais on trouve aussi des graphistes, des designers et même des métiers qui n’ont rien à voir avec les nouvelles technologies! Sur Modern Day Nomads par exemple, vous trouverez tout plein d’offres d’emploi saisonnier, de mi-temps et de CDD aux quatre coins du monde.

Conférences et formations

Il est maintenant loin le temps où la personne qui voulait devenir digital nomad se retrouvait livrée à elle-même.

Aujourd’hui, travailler à distance est une ambition à part entière et de plus en plus de gens s’attardent sur ce mode de travail. Vous trouverez une foule de programmes, de conférences et d’autres événements destinés à vous accompagner dans la réalisation de vos rêves. Le meilleur conseil que je puisse vous donner (ou peut-être le second) c’est de vous connecter avec d’autres digitals nomads ou des personnes qui ont la même ambition que vous, et pour cela rien de mieux que de participer à des événements :

  • Coworkstation, une sorte de réunion de digital nomads du monde entier qui se retrouvent à partager quelques jours ensemble pour apprendre, échanger et suivre un programme destiné à approfondir leurs connaissances.
  • Organisé chaque année à Chiang Mai en Thaïlande, Nomad Summit accueille de plus en plus de digital nomads. Vous ne le connaissez peut-être pas, mais Johnny FD est assez connu dans le monde des digital nomads. J’ai d’ailleurs participé à l’une de ses conférences en 2017 à Chiang Mai.
  • Vous préférez rester chez vous ? Ne manquez pas le Freedom Summit, un événement virtuel avec des cours que tout le monde peut suivre.
  • La plus grande et la plus importante conférence destinée aux digital nomads, c’est DNX Camp. Si vous en êtes encore à l’étape de la réflexion, c’est LA conférence à ne surtout pas manquer. Elle se focalise sur l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée et a pour objectif de vous aider à vous lancer dans le grand bassin.

Mon expérience sur le Nomad Cruise

Pour ceux qui adorent la mer, il existe la Nomad Cruise, littéralement la croisière nomade. Comme pour le DNX CAMP, cet évènement s’adresse avant tout aux futurs digital nomads en leur donnant des idées de business à créer et des astuces pour trouver du travail depuis le monde entier. La différence c’est que l’expérience est All-inclusive, vous payez un tarif fixe et vous êtes hébergé et nourri sur un bateau croisière pendant une dizaine de jours !

Nomad cruise
La première croisière s’est déroulée fin 2015 et a traversé l’Atlantique de l’Espagne jusqu’au Brésil. Depuis elle a lieu deux fois par an. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de participer à la traversée entre l’Espagne et la Grèce.

Session workout Nomad Cruise
Dans le bateau, ce sont plusieurs dizaines de pays qui sont représentés par des centaines de digital nomads. On vient pour y suivre des cours des conférences, pour échanger de bonnes idées, rencontrer de nouvelles têtes… Et bien sûr s’amuser et voyager!

Je pourrais encore vous citer de nombreux événements comme Nomad City, de Coworking Unconference Asia ou encore de 7in7. Chacun possède ses propres spécificités. Alors que certains sont axés sur les cours et l’apprentissage, d’autres se destinent au partage d’idées et d’informations.

Bali, Thaïlande, Lisbonne et autres hubs

En tant que digital nomad, vous devrez considérer votre hébergement autrement. Car en plus d’un lit à peu près confortable, il vous faudra aussi réfléchir à l’équipement dont vous aurez besoin pour travailler. Une connexion internet rapide, un endroit agréable pour travailler, une ou des prises électriques… Bref, vous devrez réfléchir en tant qu’entrepreneur plus qu’en tant que voyageur.

Alors que des villes comme Chiang Mai, Bangkok, Lisbonne, l’île de Bali sont connus des digitals nomads et ont déjà une réputation certaine, d’autres villes et îles émergent. Penang en Malaisie, Koh Lanta en Thaïlande et beaucoup d’autres.

Pour vous aider à trouver un lieu agréable pour vivre et travailler, plusieurs outils sont disponibles :

  • Consultez le site Roam ou celui d’Outsite, tous deux spécialisés dans les espaces de co-vie. Vous y trouverez des hébergements spécialement conçus pour les digital nomads dans toutes les grandes villes du monde comme New York, Paris ou encore Tokyo. Les hébergements peuvent être loués au mois ou à la semaine en fonction de vos besoins et disposent de tout le confort dont un digital nomad pourrait avoir besoin. Le seul hic, c’est qu’Outside est un site payant.
  • Si malgré tout vous ne savez toujours pas où partir, n’hésitez pas à consulter les données de sites comme Teleport, Expatistan et Numbeo pour comparer les différents coûts de la vie et choisir une destination agréable et pas chère.

Top 10 des meilleurs hubs

  • Bali, Indonésie
  • Bangkok, Thaïlande
  • Séoul, Corée du Sud
  • Prague, République tchèque
  • Chiang Mai, Thailande
  • Berlin, Allemagne (là où je suis installé ^^)
  • Sofia, Bulgarie
  • Medellín, Colombie
  • Lisbonne, Portugal
  • Ho Chi Minh (Saigon), Vietnam

Je vous invite vraiment à jeter un oeil au site Nomadlist qui répertorie les villes pour digital nomads et qui montre le budget nécessaire pour chaque lieu.

Trouver un spot de CoWorking

Il existe plein de façons différentes de travailler à distance. De mon côté, ce que je préfère, c’est m’installer non loin d’un espace de co-working. Ces derniers sont présents absolument partout dans le monde et permettent de rencontrer des gens tout en profitant d’une bonne connexion internet.

Certains sont plus ou moins confortables, d’autres plus ou moins équipés. Ma belle découverte ces derniers mois c’est Titi Batu à Ubud.
Titibatu Bali
Vous payez à la journée, à la semaine ou au mois et vous avez accès à une salle de sport ouverte dès 6h du matin, des cours de yoga, une piscine et surtout un bon spot pour travailler.

Mais peu importe, vos voyages vous permettront toujours de trouver chaussure à votre pied. Et si vous préférez la solitude, une chambre d’hôtel agréable ou une belle plage feront tout aussi bien l’affaire… À condition bien sûr que vous captiez internet. Le choix entre le travail en solo et le travail en coworking dépend généralement du type de business que vous montez.

Il existe différents moyens de trouver un bon spot pour travailler en fonction de vos besoins. J’en recense ici quelques-uns :

  • Regus : Personnellement, j’adore Regus. Leurs salons de travail sont très agréables et avec une carte de membre Gold, vous avez accès à 3000 de leurs espaces à travers le monde. Leurs salons sont généralement situés dans des gratte-ciels prestigieux et offrent des vues à couper le souffle. Et malgré ce côté assez luxueux, ça ne coûte pas si cher ! La carte de membre Gold est disponible à partir de 45 € par mois.
  • Copass: Il y a aussi le réseau Copass, qui n’est pas mal du tout. Ils proposent des formules à la carte pour 3 jours, 10 jours, ou en illimité. C’est plus cher que Regus mais ils ont davantage d’espaces de coworking dans les grandes villes.
  • Vous préférez les cafés ? Téléchargez l’application Work Hard Anywhere. Cette application participative recense près de 15 000 spots propices au télétravail dans plus de 100 pays différents!
  • Il existe une foule d’autres applications destinées à vous faciliter la vie comme Global Coworking Map ou encore Sharedesk… À vous de trouver celle qui vous accompagnera dans tous vos voyages.

    Top 3 des meilleures espaces de coworking avec hébergement

    Le Surf Office, au Portugal / en Espagne
    SurfOffice Coworking
    Le Surf Office est l’un des espaces de coworking les plus connus au monde. Ils ont de nombreux salons de travail en Espagne et au Portugal, ainsi que sur les îles Canaries. Alors que la plupart des espaces de coworking sont très orientés vers le travail, le Surf Office appréhende les choses de manière plus équilibrée et plus sympa. Ils organisent plein d’évènements, des sorties, des excursions, des rencontres… Sans oublier les activités sur la plage et les sessions de surf. Comptez à partir de 65 € pour une chambre simple privée, et à partir de 35 € pour un lit en dortoir. Le prix inclut l’accès illimité à l’espace de coworking et aux activités. Surf Office propose aussi des packages pour les grosses entreprises. Ils ont par exemple accueilli les équipes d’Adobe, de Google, de Facebook, de WordPress, etc.

    Le Hubud, à Bali
    Hubud Coworking
    Le Hubud est LA star des espaces de coworking en Asie du Sud-Est. Situé sur l’île de Bali, dans la petite ville paradisiaque d’Ubud, il permet de profiter d’un environnement à couper le souffle et d’un climat agréable tout au long de l’année. Le Hubud propose des pass à la journée, des créneaux horaires et des forfaits en illimité. Les membres du réseau Copass y sont également acceptés. Mais la plus grande force du Hubud, ce n’est ni cette localisation paradisiaque, ni ses formules avantageuses, mais sa communauté. L’espace de coworking a en effet réussi à attirer de nombreux entrepreneurs et professionnels du monde entier. Des centaines de personnes fascinantes qui viennent participer aux séminaires et événements organisés sur place.

    Le Kohub, sur Koh Lanta
    Lekohub Coworking
    Imaginez un bâtiment en plein air en bois, entouré par les palmiers et rempli de digital nomads en tongs trimbalant leur ordinateur partout. L’air est chaud, il fait beau, et on peut entendre le bruit des vagues au loin. Nous sommes au Kuhub, un espace de coworking plusieurs fois récompensé, situé sur Koh Lanta, en Thaïlande. L’établissement propose des pass à la journée, à la semaine ou au mois à des prix très compétitifs. Mais le plus rentable, ça reste d’opter pour leur offre tout inclus. Pour un peu plus de 600 €, vous profitez d’un accès illimité à l’espace de coworking, d’une chambre privée, de deux repas par jour et de nombreuses réductions pour les excursions. C’est une très bonne opportunité pour ceux qui veulent se lancer en indépendant sans exploser leur budget !

    Rencontrer d’autres personne

    J’entends régulièrement des gens qui aimeraient se lancer mais n’osent pas de peur de se sentir seuls et isolés. Je comprends tout à fait cette crainte, mais elle est, selon moi, totalement infondée. C’est d’ailleurs en rencontrant d’autres personnes qu’on puise l’inspiration pour faire évoluer son business!

    Voici une liste de quelques ressources bien utiles pour rencontrer d’autres digital nomads :

    • NomadProjects et NomadPass vous permettent de rencontrer des partenaires compatibles avec votre profil et votre activité. Une sorte de site de rencontre pour digital nomads!
    • Et parce qu’il n’est pas toujours facile de vivre une relation avec une personne qui n’a pas le même mode de vie que vous, essayez l’appli de rencontres Nomad Soulmates

    Assurance et carte bancaire

    Si comme moi vous n’aimez pas tout ce qui est paperasse et que vous redoutez par avance les complications liées au fait de ne pas avoir d’adresse fixe, téléchargez l’application N26. Cette dernière est idéale pour gérer son argent du monde entier et vous permet de faire des virements internationaux et de calculer en direct les taux de change. J’ai écrit un article complet sur les meilleures carte bancaires pour voyager à l’étranger.

    Assurance digital Nomad
    Et pour les assurances, choisissez la compagnie SafetyWing, spécialement conçue par et pour les digital nomads. Elle est idéale pour prévenir les coups durs et offre un maximum de flexibilité pour seulement une trentaine d’euros par mois.

    Faire suivre son courrier

    Un digital nomad a parfois besoin d’une adresse physique pour réceptionner son courrier. Que ce soit des factures, une carte bancaire ou même un papier de l’état.

    Si vous n’avez pas prévu de garder votre logement, vous pouvez toujours faire rediriger votre courrier vers la maison d’un parent ou d’un ami.
    Mais si cette solution n’est pas possible, alors sachez qu’aujourd’hui il est assez facile de louer une adresse postale physique avec des services comme PaperBoy. Pour faire court, ce type de service s’occupe de réceptionner et vous scanner tous vos courriers. Ils peuvent même vous les faire suivre où que vous soyez dans le monde.

    J’ai recensé une liste de services courrier partout dans le monde ici : Comment faire suivre et continuer de recevoir son courrier en voyage.

    Trouver des billets d’avion pas cher

    En tant que digital nomads, nous dépensons beaucoup moins d’argent dans les billets d’avion que les voyageurs « lambda ». Pourquoi ? Tout simplement parce que nous avons l’habitude et que nous sommes flexibles au niveau des dates et des horaires ainsi que des destinations. Bon, pour commencer, vous ne pourrez pas vous reposer sur votre expérience.

    J’ai écrit un article super complet sur comment trouver un billet d’avion pas cher. Les conseils que j’y donne vous permettront d’économiser jusqu’à 40% sur des vols longs et moyen-courriers.

    Attention aux vols sans retour

    Attention, malgré toute la bonne volonté du monde, vous ne pourrez jamais être 100% flexible au niveau de vos dates et destinations. La raison est simple, beaucoup de pays requièrent un visa ou au moins un billet retour pour laisser les visiteurs entrer sur leur territoire.
    Onward ticket

    Pour le second problème, il existe une solution. One Way Fly vous propose de faire une réservation de billet retour pour moins quelques euros (sans obligation d’achat).

    Solution « All-inclusive » pour devenir digital nomad

    C’est probablement le moyen le plus simple de commencer et de se lancer quand on a quelques appréhensions : les packs « All-inclusive». Ce nouveau concept est inclut une sorte de package tout compris avec le voyage + l’hébergement + la formation + le coworking ou les conférences, tout cela pour un forfait fixe ou mensuel.

    Le site Coworkations recense la majorité de ces communautés, mais voici celles dont les retours sont positifs :

    • The Remote Experience propose des programmes complets non seulement pour les digital nomads, mais aussi pour les personnes travaillant dans des bureaux. Les programmes se composent d’un vol aller-retour, d’un espace pour travailler, du logement, de l’assurance médicale et des services d’un intervenant local embauché pour aider les participants à bien s’intégrer dans leur destination.
    • Si vous êtes une femme, inscrivez-vous sur le site Sprinters et découvrez un concept nouveau et franchement intéressant : des femmes entrepreneurs, développeurs et autres métiers créatifs se réunissent et créent leur startup en seulement trois jours. Les réunions ont lieu aux quatre coins du monde. La prochaine aura lieu à Lisbonne, ne la ratez pas!

    D’autres entreprises comme Nomad House, Project Getaway, Sunny Office, Unsettled vous proposeront des packages à la carte idéals pour personnaliser votre toute première aventure de digital nomad.

    J’ai récemment testé le concept près de Ubud chez Hustlers Villa.
    Hustlers Villa

    Thomas, le gérant de cette villa, est d’ailleurs un ancien lecteur du blog lesacados 🙂

    Le jour où je suis devenu un digital nomad

    2008, c’est l’année de mes 19 ans, c’est aussi l’année de mon premier voyage solo.

    Durant ce road-trip de 3 mois j’ai fait un tas de petits boulots sur la route pour pouvoir continuer de voyager; traduire le menu des restaurants en français, porter les bagages de touristes durant des treks, aider des locaux à monter les bungalows sur la plage.
    C’était vraiment difficile parfois et j’ai même dû passer quelques temps dans un temple bouddhiste car je ne savais pas où dormir.

    Mais j’ai aussi rencontré des tas de personnes sur la route et vécu de belles expériences.

    A mon retour en France j’étais sûr d’une chose, je souhaitais repartir et pour le plus longtemps possible. Malheureusement mes parents étaient loin d’être du même avis. Il me restait encore 4 ans d’étude en école d’ingénieur et il était hors de question pour eux que j’abandonne.

    Pendant 4 ans j’ai donc enchainé les petits road-trip de quelques jours en Europe et les salles de classe. C’est aussi durant ces années que j’ai commencées à rencontrer de plus en plus de voyageurs qui bossaient depuis leur ordinateur en auberge.
    C’est d’ailleurs au détour d’une conversation avec un de ces voyageurs que j’ai pu comprendre que les métiers liés à l’informatique jouaient un rôle important dans ce monde.

    Les années passent et je développe une expérience plus ou moins solide en informatique grâce à des projets en freelance mais aussi à des stages en tant que développeur et chef de projet.

    En 2012, c’est l’année du grand départ. C’est aussi la mode des blogs de voyage. Je décide de créer le mien pour y réunir toutes mes compétences afin de le montrer à un futur patron. A ce moment, je pensais encore rentrer en France au bout d’un an.

    Mais très vite le blog gagne en popularité grâce à un très gros travail de référencement que j’avais mis en place. Il faut dire qu’à l’époque presque aucun blogueur ne faisait ce boulot.
    Puis j’ai commencé à être démarché par des entreprises qui souhaitaient une visibilité sur mon site ; deux cents euros le premier mois, puis quatre cents le second, en un rien de temps le blog est devenu ma première source de revenus.

    Les premières années je postais énormément d’articles, participais à des blogs trips, proposais des e-books à mes lecteurs, une formation en ligne pour apprendre à bloguer et même une application pour mieux gérer son budget en voyage.

    Aujourd’hui, le blog compte plus de 170.000 visiteurs uniques par mois et tout en continuant à voyager et à développer le format STORY, je bosse sur des projets complètements différents. Comme la conception d’une machine à recycler le plastique en coopération avec Dave de Precious Plastic.

    Precious Plastic Project

    Mais aussi la conception d’un pantalon pour voyageur, une guest-house/woofing en Corée du Sud et tout un tas d’autres choses liées de près ou de loin au voyage.

    Là où la plupart des gens doivent faire un choix entre argent et liberté, j’ai la chance de faire ce qui me plait n’importe où dans le monde.

    Bien entendu, et comme pour tout, il y a des côtés négatifs, j’en parle longuement dans cet article.

    L’une des difficultés pendant un bon moment a été de trouver le bon équilibre entre voyage et travail ou encore de ne pas pouvoir m’attacher aux gens que je rencontre quand je restais trop longtemps sur la route.

    J’ai fini par me rendre compte qu’il n’y a pas de solution idéale, nous sommes tous différents et le plus important c’est de trouver ce qui nous rend heureux sur le moment. Certains nomades adeptes du slow-travel resteront plusieurs mois dans chaque endroit tandis que d’autres préfèreront bouger toutes les 3 ou 4 semaines.

    J’ai pour ma part créé énormément d’attache avec la ville de Berlin. Je passe donc la moitié de l’année dans cette ville et l’autre moitié à faire du slow-travel en restant à chaque fois 2 mois au même endroit.

    Le mot de la fin

    Pour finir je vous dirais tout simplement « Just Do It » si vous en avez réellement l’envie.

    Just do it
    La liberté en vaut largement la peine et on a la chance de vivre à une époque où travailler n’est pas incompatible avec voyager. Ce mode de vie n’est pas forcément fait pour tout le monde. Mais comme le dirait l’adage, c’est le chemin qui compte, pas la destination. Et c’est d’autant plus vrai lorsque l’on est nomade digital.

    La chance que nous avons, c’est que le diginomadisme n’est pas une mode mais un mode de vie qui est en train de s’installer dans les esprits de manière durable. Ce n’est pas quelque chose de fixe ni de tangible, ça change, ça évolue, et souvent pour le mieux. La seule chose que vous avez à faire, c’est d’avoir une idée d’où vous souhaitez aller et foncer.

    Devenir Digital Nomad: comment travailler sur internet tout en voyageant en 2019
    4.9 (97.81%) 128 votes