Coronavirus : est-ce le bon moment pour acheter un billet d'avion?

Il y a quelques jours, c’est avec une grande curiosité que je suis allé jeter un œil aux prix des vols. Et sans grande surprise, je suis tombé sur des prix assez incroyables.

Par exemple, Air France propose des vols Paris – New York en juin au prix de 130 € l’aller-retour. Ou encore des vols Paris – Tokyo pour 160€.

La compagnie Air Caraïbes propose un aller-retour Paris – Cuba pour le mois d’octobre à 290€ seulement.

À l’inverse, les vols plus courts n’ont pas vu leur prix changer (certains ont même augmenté). EasyJet propose par exemple un Paris – Berlin pour 300€. Ou encore Paris– Athènes au prix de 550€.

Ce texte a été envoyé à ma newsletter avant d’être publié. Si vous souhaitez recevoir ce type d’article directement par mail, vous pouvez vous inscrire à ma newsletter ici.

Face à ces prix, on peut être tenté d’acheter un billet non ?

Pas vraiment.

Tout d’abord il faut garder en tête qu’il n’y a aucune visibilité sur la reprise des vols:

  • les compagnies ont cloué tous leurs appareils au sol
  • le trafic aérien est en pause presque partout dans le monde
  • les frontières sont pour la plupart fermées
  • la date à laquelle prendront fin ces fermetures n’est pas encore connue personne ne sait à ce jour à quelle vitesse et quand, chaque pays ouvrira à nouveau ses frontières.

Cette situation pourrait durer jusqu’à la fin de l’année, peut-être plus, et les compagnies aériennes le savent très bien. Elles essaient de proposer des offres alléchantes pour pousser à l’achat mais personne ne sait vraiment à quelle date les vols internationaux pourront reprendre et quelles seront les contraintes imposées par chaque pays.

En achetant un billet aujourd’hui, vous risquez donc de vous retrouver avec un vol annulé. Et comme la plupart des compagnies aériennes ont changé leur politique de remboursement, vous recevrez sûrement un bon d’achat valable un an (si bien entendu vous n’êtes pas passé par un comparateur type Expedia, car eux ne vous rembourseront rien).

« Ah ben c’est pas grave, je peux réutiliser ce bon d’achat pour un futur voyage »

Pas si sûr !

Comme je le disais plus haut, ça sent le sapin pour beaucoup de ces compagnies aériennes et personne ne peut déterminer à l’avance laquelle s’en remettra ou non.

Et si la compagnie qui devait assurer votre vol tombe en faillite, il sera très difficile, voire impossible, d’obtenir le remboursement du billet.

Quand bien même réussiriez à obtenir un bon d’achat, la consolidation du secteur (via principalement des faillites) réduira le nombre de compagnies et pourra faire augmenter les prix dans les mois à venir. Les bons d’achat ne serviraient donc qu’à acheter des billets beaucoup plus chers.

Je ne sais pas pour vous, mais pour ma part je n’achèterai pas de billet d’avion pour le moment.

Cependant, les questions que je me pose aujourd’hui sont les suivantes :

  • allons-nous devoir voyager autrement ? À pied ? À vélo ? En Van ? Moins loin? Ou en tout cas à une échelle plus « humaine » ?
  • allons-nous nous recentrer sur le local (national voir européens – en ce qui nous concerne) ?
  • et puis on parle depuis quelques années déjà de transition écologique, n’est-ce pas une opportunité de se recentrer sur le plus vital ?

Je serais curieux de connaître votre avis.

Aménager son van