Voyage au Ghana : budget, astuces et conseils

Cet fiche sur le Ghana a été écrite par Raphaël du blog Les dents de la mouche, merci à lui !

Bordé par l’océan Atlantique au Sud, la Côte d’Ivoire à l’ouest, le Togo à l’Est et le Burkina Faso au nord, le Ghana est l’un des rares pays épargné par les conflits dans cette partie du continent.
Depuis plusieurs années, il est devenu une destination privilégiée pour les routards souhaitant faire un premier pas en Afrique subsaharienne. En effet, son réseau de transport, la diversité de ses paysages et l’alliage traditions/modernité qui le caractérisent permettent à n’importe quel voyageur d’en repartir avec un souvenir inoubliable.

Voici quelques astuces pour profiter un maximum de votre séjour tout en économisant !

BUDGET POUR UN VOYAGE AU GHANA

Logement

Au Ghana, se loger ne coûte pas grand-chose, même si certains hôtels luxueux proposent des chambres à pas moins de 100 euros la nuit, le plus souvent au bord de plages paradisiaques. Toutefois, en cherchant un peu, on trouve facilement des chambres propres et climatisées tout à fait correctes à environ 15€. Si vos standards ne sont pas trop élevés, vous trouverez aussi de quoi vous loger pour un peu moins de 7€.

NOURRITURE

Pour se loger, rien de tel que les petits « maquis » (bars/restaurants locaux à l’africaine). Dans ces endroits, le plat copieux vous reviendra à moins de 2€, parfois la moitié dans les endroits les plus reculés. Du coup, pas plus de 5€ par jour à prévoir si vous mangez local. Si vous êtes plutôt intéressés par les plats occidentaux, comptez environ 8€ par repas.

TRANSPORTS

Contrairement à beaucoup de ses voisins, les transports au Ghana sont assez développés. Pas de train, de tramway ou autre, mais le réseau de bus est plutôt élaboré. Il y a tout d’abord les grands bus à l’occidentale, plus que conseillés lorsque vous faites un long trajet (au-dessus de 5 heures, d’après mon expérience). Le trajet vous coûtera entre 5 et 7€ mais vous aurez la climatisation, des sièges relativement confortables et de l’espace pour vos jambes. Le réseau de bus « VIP » relie la majorité des grandes villes du Ghana

Au-delà des grands bus, il y a aussi les « tro-tro », de petits bus locaux qui peuvent vous emmener aussi bien sur de courtes distances que sur de longs trajets. Attention au confort : pas vraiment de place pour vos jambes et la carrosserie du véhicule, très bruyante, vous empêchera probablement d’y prendre vos aises. De plus, les chauffeurs des tro-tro ont la conduite énergique. S’il est avantageux financièrement parlant de prendre les tro-tro pour des trajets de 3-4 heures (2€), leur relative lenteur et leur coût mis bout à bout rend leur utilisation peu recommandée pour les longs trajets.
Pour les bus VIP et les tro-tro, veuillez noter qu’ils ne partent pas avant d’être complets. Impossible donc d’avoir une heure précise de départ.

Les trajets en taxi reviennent cher, mais sont très largement négociables.
Enfin, des compagnies aériennes régionales organisent des vols internes reliant les principales villes du Ghana. Les vols coûtent entre 50 et 60 euros. Ils peuvent être une bonne option si vous souhaitez rallier le nord du pays (une heure en avion, deux jours en bus).

ACTIVITÉS

Le Ghana a l’avantage d’offrir une variété d’activités assez remarquable, toujours si on le compare à ses plus proches voisins. Par exemple, un safari au Mole National Park vous coûtera environ 7 euros, si l’on exclut les transports pour rejoindre le parc (le même prix). Les tarifs des attractions touristiques sont loin d’être excessifs (moins de 5 euros), mais peuvent monter en flèche dès lors que vous vous rapprochez de la mer et des villes prisées par les expatriés qui viennent y passer quelques jours le weekend.
LES ASTUCES POUR ÉCONOMISER DE L’ARGENT AU GHANA

MANGEZ DANS LA RUE ET CONSOMMEZ LOCAL

Aucun doute, pour économiser au Ghana, il faut vivre comme un Ghanéen. Evitez les restaurants occidentaux, mais préférez les « maquis » africains. S’ils se ressemblent tous à priori, leur variété saute aux yeux par la suite : vous ne mangerez pas la même chose chez un togolais, un ivoirien ou un ghanéen. De plus, c’est dans ce genre d’endroits que vous rencontrerez le plus de routards et évidemment, le plus de ghanéens. Pour les bars, c’est pareil, allez dans les maquis. La bière locale y est très bonne.

EVITEZ LES ENDROITS TOURISTIQUES

Si vous restez dans le centre d’Accra et dans la rue commerçante (Osu Road), vous paierez plein pot, qu’il s’agisse de votre nourriture ou des souvenirs achetés dans les petites boutiques au bord de la route. Evitez ce genre d’endroits. Par ailleurs, si vous souhaitez acheter un souvenir, ne les achetez pas dans les boutiques de tel musée ou telle attraction touristique. Souvent, vous trouverez la même chose à moitié prix un peu plus loin. Attention, marchander avec les ghanéens demande de la patience et de ne pas crier victoire trop vite. Placez la barre très bas pour la remonter ensuite.

RENCONTREZ DU MONDE

Qu’il s’agisse des locaux ou des routards, chacun a ses astuces pour dormir pas cher, bien manger, ou faire une activité sympa. Si vous ne rencontrez personne durant votre séjour et vous en tenez aux conseils de votre guide de poche ou du manager de l’hôtel, votre voyage vous reviendra cher et vous passerez à côté de choses inoubliables. Repérez les auberges de jeunesse et plutôt que d’éviter les endroits où il y a du monde, forcez-vous d’y aller pour y récolter quelques conseils utiles.

LES CHOSES À VOIR ET À FAIRE AU GHANA

FLANER A ACCRA

Moderne et agréable, la capitale du pays contraste avec les autres villes ghanéennes. N’hésitez pas à y passer un peu de temps (pas plus de deux ou trois jours à mon sens) pour un premier pas au Ghana, mais ne vous laissez pas endormir par son relatif confort.
Passez faire un tour au marché du centre-ville, immense et coloré, et rendez-vous au musée national. L’exposition sur les ravages de l’esclavage en Afrique de l’Ouest et au Ghana vaut le coup d’œil et servira de prélude à l’activité qui suit.

VISITE DES FORTS SUR LA COTE GHANEENNE

Comme beaucoup de pays d’Afrique de l’Ouest, la côte du Ghana est chargée d’histoire. Les siècles de trafics d’esclaves, capturés au Ghana puis envoyés en Amérique, ont marqué cette région. Passer quelques heures dans les forts construits par les britanniques et les néerlandais, où les esclaves étaient retenus avant leur embarquement pour le Nouveau-Monde, est une véritable leçon de vie.
Le fort de Cape Coast est le plus emblématique d’entre eux.

EXCURSION A PIED OU EN VOITURE AU MOLE NATIONAL PARK

Même si la faune n’est pas aussi variée que dans les parcs d’Afrique australe, passer deux ou trois jours au Mole National Park est un incontournable. Vous pouvez ainsi passer plusieurs nuits dans l’hôtel du parc, qui offre des chambres avec trois lits simples pour moins de 15€ par nuit, soit 5€ par personne ! Pour les plus téméraires, camper dans le parc ou dormir dans une cabane en haut d’un arbre (sous la surveillance d’un gardien évidemment) est également possible. La particularité du parc, c’est qu’il est possible d’y marcher et de pouvoir s’arrêter ainsi à moins de 10 mètres d’un éléphant ou d’un troupeau d’antilopes. Des safaris en voiture sont également possibles. Prenez garde aux babouins, qui tentent de rentrer dans les chambres dans l’après-midi et de vous voler vos affaires. Mieux vaut fermer sa porte à clef !

FRONTIERE BURKINABE ET CROCODILES DANS LE VILLAGE DE PAGA

Quatre heures au nord de Tamale, la ville la plus proche du Mole National Park, se trouve le village de Paga. Rien de bien particulier, à part qu’il se trouve à la frontière du Burkina-Faso. Profitez-en pour parler un peu français avec les burkinabés qui traversent la frontière. Prenez garde à ne pas prendre de photos de bâtiments officiels, vous pourriez vous attirer des ennuis. Par ailleurs, Paga abrite une douzaine de crocodiles qu’il est possible d’approcher. Et oui ! A condition de payer un poulet pour satisfaire le crocodile, vous pouvez le toucher, voire même vous asseoir sur lui. Une expérience assez inédite, qu’il faut toutefois réaliser avec prudence et toujours sous la surveillance d’un local.

RANDONNEE A ANKASA OU A KAKUM

Si vous avez toujours rêvé de faire une randonnée dans une forêt tropicale, allez donc à la réserve d’Ankasa. Un guide vous accompagnera sur ses chemins, et vous pourrez y admirer les bosquets de bambous géants. Si vous êtes chanceux, vous pourrez peut-être apercevoir de sublimes oiseaux, des singes et, fait rarissime, des éléphants de forêt. Kakum, plus proche d’Accra est plus touristique. Toutefois, ses ponts suspendus entre les arbres vous permettront d’admirer la canope et de voir davantage d’oiseaux !

LES PLAGES DU GHANA

Après avoir parcouru le pays de long en large, rien de tel que de s’attarder un peu sur les plages du pays. A Busua ou à Krokrobite, prenez un cours de surf ou louez une planche auprès du très sympathique et très compétent Mr.Bright.

Profitez-en, les tarifs sont bien plus abordables qu’ailleurs (moins de 10 euros pour la session pour débutants) et sa patience n’a pas de limites. Baignez-vous à Busua ou Ankobra, en prenant toutefois garde aux courants. Levez-vous à l’aube pour assister aux retours des pêcheurs sur la plage, après plusieurs jours d’absence. Si vous êtes téméraires, accompagnez-les dans leurs expéditions. Flânez à Escape3Points, un ecolodge paradisiaque au bord de l’Atlantique, et dégustez les langoustes les plus délicieuses qui soient dans les restaurants au bord de la mer (trois langoustes pour 5 euros).

Je recommande fortement l’auberge Big Milly’s (fêtes autour d’un feu les vendredi et samedi soir), au bord de la mer à Krokrobite, à une heure d’Accra ou le cottage d’Emily’s Lodge à Tills.