Comment maîtriser sa peur de prendre l'avion? Partie 2

Voici la suite de l’article invité de Luce ! Une voyageuse hypocondriaque qui nous donne des conseils pour maîtriser sa peur de l’avion.

Définition :

L’hypocondrie est un syndrome caractérisé par une peur et anxiété excessives et bouleversantes concernant la santé et le bon fonctionnement du corps d’un individu.
Source wikipedia

Lire la première partie de l’article

Pendant le vol

Dans les gros avions, il y a des écrans personnels à dispositions pour regarder des films. Jeter vous dessus même avant que l’avion décolle. Comme ça, vous êtes occupé (yeux et oreilles) à faire quelque chose et vous ne pensez pas à “ ça y est, c’est parti pour des heures de souffrance”. Si il n’y a pas d’écran, parlez avec votre voisin ou lisez quelque chose de facile.

Boire beaucoup : de l’eau ou des jus de fruits et rien d’autre. L’avion déshydrate à fond, il faut boire en permanence. Osez demander, à plusieurs reprises s’il le faut, de l’eau. Les hôtesses sont là pour ça, n’ayez crainte. Pour ceux qui pensent que boire un verre d’alcool facilite la relaxation, c’est une mauvaise idée dans l’avion. Cela va surtout vous déshydrater et votre bouche sèche va accentuer la sensation d’angoisse. Évitez si possible le café ou le thé, car ce sont des excitants, et ça ce n’est pas bon pour nos petits coeurs déjà suffisamment stressés.

Je reviens sur les jambes légères. Quand vous êtes parti pour longtemps dans les airs, levez-vous au moins toutes les deux heures (pour aller aux toilettes, comme vous buvez beaucoup d’eau), pour marcher et dégourdir vos jambes. C’est important, ça aide le sang à circuler et à vous sentir mieux dans votre corps, qui je crois, subit une forte pression en hauteur.

Vous pouvez demander des boules quies (normales) dans l’avion, ça permet de ne plus entendre le bébé qui hurle derrière vous et qui, il faut bien l’avouer, vous agace parce qu’il vous angoisse…

Bon reste le problème des trous d’air ou des “perturbations ou turbulences” comme disent les commandants. Rassurez-vous, personne n’aime ça même si vos voisins font style que tout va bien. C’est un mauvais moment à passer, c’est vrai. Mais si vous avez adopté la plupart des conseils pré-cités, vous pouvez surmonter ce passage chaotique sans trop de problème.

Si vraiment une montée de stress vous submerge pendant le vol, n’hésitez pas à le dire au personnel de bord. Encore une fois, ils sont là pour ça. La plupart du temps, ils vous accompagnent au fond de l’avion, là où ils préparent les repas, et vous installent les jambes en l’air avec un grand verre d’eau. Et surtout, ils restent à côté de vous jusqu’à ce que vous soyez rassuré.

Quel bonheur quand on est arrivé! Ne pensez surtout pas au retour… et profitez de votre voyage.
Ce qu’il faut surtout se rappeler, et je pense l’avoir bien répété… c’est de ne pas rester seul avec sa peur de l’avion. Il n’y a aucune honte à avoir d’autant plus que l’avion est rarement une partie de plaisir pour tout le monde.

Et vous, avez-vous des conseils à partager pour maîtriser sa peur? n’hésitez pas !

Ryan Lesacados

Hey! C'est Ryan ! Depuis 2011 ce blog a aidé des millions de personnes ! Laisse-moi ton email et reçois toi aussi gratuitement mes meilleurs conseils pour éviter les arnaques, économiser et voyager moins cher!

CLIQUE ICI POUR RECEVOIR MES CONSEILS ET ASTUCES!

  • Perso je n’ai pas du tout de problèmes pour prendre l’avion, sans doute car j’y ai été habitué assez jeune.

    J’ai l’impression que beaucoup de gens n’aiment pas l’avion car ça reste dangereux pour eux alors que proportionnellement on aura 1000 fois plus de chance d’avoir un accident de voiture…

    Après c’est clair que les turbulences sont des moments désagréables mais avec le temps ça s’estompe un peu.

    • Ryan Le Sacados

      Attention Julien, tu nous refais le skeatch de Gad Elmaleh ! 🙂
      Mais effectivement, je n’ai pas développé cette peur de l’avion non plus, même si je t’avouerai que lors de l’atterrissage, t’as toujours une petite tension à l’idée que le pilote se rate en touchant le sol.

  • Ryan Le Sacados

    Tu avais quel âge lors de ce premier voyage en avion ?

  • Hehe le poches d’air! Quand j’étais enfant, on allait chaque année en Floride, et il y avait toujours, mais vraiment, toujours des poches d’air. Je les attendais avec impatience! Pour moi, c’était comme un manège 🙂
    Et oui, en effet, il est très important de se lever durant un vol d’avion, 6h passe encore (de toute façon, on suppose qu’on aura besoin d’aller aux toilettes au moins 1 fois), mais pour les longs trajets pour aller en Asie, il faut absolument se dégourdir un peu en faisant quelques allers-retour.

  • Petit conseil supplémentaire, pour ne pas avoir les jambes lourdes, achetez des bas ou des chaussettes de contention. De mémoire on a le droit à deux paires dans l’année remboursées par la sécu (à vérifier avec votre médecin).
    Mais même sinon, vu le prix modique, ce n’est pas la peine de s’en priver!

    • Ryan Le Sacados

      Pas mal, je pensais pas qu’on pouvait faire jouer la sécu sur ça. en tout cas Luce parle en effet des bas de contention dans la première partie de l’article !

  • Intéressant, j’aurais dû lire tout ça avant de prendre l’avion pour la première fois ! J’ai toujours un peu honte de demander de l’aide aux hôtesses.
    Je rajouterai un conseil : dans un moment de flip, regarder les autres passagers. Pour ma deuxième fois en avion, c’était un vol intérieur en Norvège, pour aller au Nord. Arrivée à Tromsø, l’avion commence à descendre, ça bougeait dans tous les sens, dehors c’était tout noir, je comprenais pas du tout ce qui se passait. Le pilote dit en truc en norvégien, je pige rien et demande à mon voisin de me traduire, il répond « litle storm ». Heureusement mon anglais ne connaissait pas encore le mot tempête, donc je ne comprenais vraiment pas ce qui se passait, j’étais coincée à côté de mon hublot tout noir. Ce qui m’a rassurée, c’est de voir que tous les autres passagers étaient calmes, certains dormaient encore, d’autres lisaient comme si de rien n’était, d’autres papotaient tranquillement. Pour eux, c’était « habituel ». Le pilote s’y est repris à 3 fois pour qu’on atterrisse et il n’y a eu aucun problème. Maintenant que j’ai pris l’avion plusieurs fois je sais que là, ce n’était pas « normal » du tout, forcément, tempête de neige, mais au final je suis arrivée à garder mon calme en regardant les autres.

  • Geraldine

    Ma meilleurs amie et moi avons la phobie de l avion
    Elle du decolage et moi du `milieu`
    mais pas question de se decourqger !

    Nous nous reussis a combattre notre peur ( ou plutot a la contourner);
    lors de cette discussions en plein vol:
    `Arf ! je vais faire un denis d`avion ! (meme concept le denis de grossesse) `
    Et a elle d`enchainee sur le vif;
    «  ! et la tout ces nuages qui planent sont le fruit de notre imagination desenchantee« 
    – oui et heureusement qu`on meure bientot !«  nous dit notre voisin francais expat d australie
    amuse par nos commentaires.

    Bref toutes ces betises pour dire que
    L`humour, le decalage, l`absurde, l`imagination
    peuvent sauver bien des situations et rendre calme,
    et creer des liens forts avec les autres et en soi !

  • cassandra veber

    il faut restez au milieux de l’avion si vous avez peur
    car si vous êtes coter hublot vous allez angoissez