4 raisons de ne pas prendre de photo en voyage

Je le dis assez souvent sur ce blog, j’ai du mal à prendre des photos en voyage !
Pourtant dans mon métier il m’arrive de prendre pas mal de photos et ce n’est donc pas la technique qui me manque.
Je pensais écrire un article qui pourrait me motiver quant au fait de dégainer mon appareil dans un milieu urbain et shooter tous les visages qui passent devant moi.
Mais au final je me suis dit, pourquoi me convaincre de prendre des photos, alors que je pourrais vous convaincre de ne pas le faire dans certaines situations ?

Loin de moi l’idée de vous dissuader de prendre votre appareil en voyage, mais en effet il y a des situations dans lesquels il faut éviter de prendre des photos si on souhaite profiter pleinement de son périple.

Donc voici pour moi quatre raisons et situations où tout voyageur devrait pointer son objectif vers le sol.

1 – Vivre dans le présent

Crimée photo de voyageIl y a des actions qui vous tirent « hors du moment présent ». Être face à un coucher de soleil magnifique, sur les plages de Crimée ou en Asie, peut devenir stressant quand on essaie de configurer la saturation des couleurs de son appareil photo pour capturer cet instant. Face à un temple millénaire vous vous poserez plus de questions sur le f-stop à choisir plutôt que les mains qui ont façonné et sculpté ces pierres. La joie et la surprise de voir apparaitre une baleine à bosse à la surface de la mer peut se transformer en déception si vous n’arrivez pas à capturer votre photo à la « National Geographic ».

Partager sa collection de photo de voyage avec ses amis est plaisant quand on rentre d’un périple, mais vous devez vous demander si être continuellement derrière votre objectif ne vous coupe pas de cette expérience de voyage que vous vivez.

2 – Faux souvenirs

Mont Batur volcanCe point m’a pas mal perturbé, le concept des faux souvenirs.
Il y a quelques années en visitant Bali, le premier paysage magnifique qui s’était présenté à moi était celui du Mont Batur, un volcan puissant au centre de l’île.
J’avais réussi à prendre une photo qui capturait la scène à la perfection. Peut être trop à la perfection, car maintenant à chaque fois que je me rappelle de ce volcan, l’image qui me revient et celle de la photo que j’ai prise et non du moment que j’ai vécu.

Réfléchissez et rappelez-vous des souvenirs de vos vacances, les images qui vous reviennent à l’esprit sont-elles celles des photos prises ou des moments que vous avez vécu? Troublant n’est-ce pas ? Pour ma part je préfère me souvenir du moments vécus plutôt que de pixels.

3 – Des photos qui ne rendent pas justice

Voyage en photo HighlandsIl y a un an, j’étais en Écosse, dans les Highlands. Face à moi cette vue magnifique sur des collines vertes à perte de vue, personne autour de moi, un calme et un silence apaisant, un vent puissant et léger en même temps qui caresse le visage, de légères gouttes de pluie.
Face à cette scène qui suscitait tout un tas d’émotion, je m’étais empressé de prendre une photo pour pouvoir immortaliser ce moment.
En rentrant quelques semaines plus tard j’ai été très déçu de cette photo que je voulais partager avec mes amis. Elle ne transmettait pas toute l’émotion ressentie pendant ce moment-là qui mélangeait tout un tas de sens.

Depuis, face à ce type de paysage, je préfère m’asseoir, contempler et respirer.
Croyez-moi, vous n’oublierez pas ce que vous voyez.
En fait, sans photo, vous vous en souviendrez même encore mieux. Ce qui m’amène au dernier point.

4 – S’en souvenir comme on l’a vécu

L’une de mes passions est le surf et durant l’un de mes voyages avec des amis nous avons souhaité nous prendre en photo durant quelques sessions. On s’était vraiment amusé à glisser sur les vagues jour après jour, mais à la fin de cette escapade on s’était rendu compte que nous n’avions pris aucune photo !
A la fin de ce voyage je me suis mis à croire que je n’étais pas aussi bon que je le pensais en surf et que les photos que j’aurais pu prendre m’auraient confirmés ça.
Peut être que les vagues étaient plus petites que ce que je pensais, peut-être que j’avais l’air d’un idiot en surfant, peut-être, peut-être, peut-être…
Mais non, les souvenirs que j’ai de moi durant ce voyage sont positifs, je me souviens avoir surfer comme un pro, sur de grosses vagues, et m’être vraiment amusé avec mes amis.
Y a t-il des photos qui pourraient prouver le contraire ? Non. Donc les souvenirs que j’ai sont ceux que j’ai vécu.

Comprenez-le, je ne dis que vous devriez balancer votre Canon dans le canyon (hop c’est placé). Les photos sont une partie importante de toute aventure et il m’arrive d’en prendre. Surtout depuis que j’ai ce blog, afin de vous faire partager mon expérience.
Mais sachez que pour moi il est important de vivre le moment présent, mes plus beaux souvenirs ne seront malheureusement jamais shootés ni publiés et je vous invite sincèrement à profiter de votre voyage de la même manière…

Et vous, êtes-vous êtes d’accord avec ces points ?

Ryan Lesacados

Hey! C'est Ryan ! Depuis 2011 ce blog a aidé des millions de personnes ! Laisse-moi ton email et reçois toi aussi gratuitement mes meilleurs conseils pour éviter les arnaques, économiser et voyager moins cher!

CLIQUE ICI POUR RECEVOIR MES CONSEILS ET ASTUCES!

  • Je suis tout à fait d’accord avec toi. Tout particulièrement avec ton 1er et 3ème point.
    Pour le 3ème point, c’est probablement que je ne suis pas une bonne photographe ! Je pense que prendre des photos empêche quelquefois de juste apprécier l’instant présent, et peut-être aussi d’être disponible pour des rencontres.

    • Ryan Le Sacados

      Qu’on soit bon ou mauvais photographe, je pense que chaque photo est liée à un moment où tout un tas d’émotions sont réunies. Malheureusement il n’est pas possible d’emprisonner ces émotions, qui lient odeur, son et touché, à travers une photo.
      C’est en ça que je dis que les photos ne rendent pas justice, on a beau prendre la plus belle des photos on ne retrouvera jamais cette émotion du moment avec exactitude, et c’est pour ça que maintenant je profite du moment et de l’instant présent au maximum.

  • Je partage tes points de vue, bien que je prenne encore mon appareil lors de certaines sorties. En fait lorsque je reçois des amis ou de la famille en Thaïlande, je préfère les laisser vivre les émotions que leurs suscitent les différents lieux que je leurs fait visiter. Et je me charge donc de prendre les photos pour eux.
    Maintenant lorsque je découvre seul, ou lorsqu’on me fait découvrir d’autres lieux, que j’ai ou pas mon appareil, je ne prend pas de photos. Par contre je garde en tête, les plans que je photographierai lorsque j’y retournerai en y amenant d’autres personnes.

    • Ryan Le Sacados

      Oui, je prends aussi à chaque fois mon appareil photo, peut être pour me rassurer. En tout cas je trouve vraiment sympa le fait que tu prennes des photos pour tes hôtes, je n’y avais pas encore pensé. Quand je serai expat pourquoi pas !

  • Aquadeos

    Que du vrai ! ^^
    ça me rappelles ma visite du Louvre, voulant « immortaliser » un maximum d’oeuvre. Je me suis rendu compte et ceux bien après qu’en réalité je n’avais pas vraiment vu les oeuvres. Je ne les avaient vues qu’à travers mon appareil photo !

    • Ryan Le Sacados

      Haha, oui malheureusement une situation similaire m’est arrivé. J’assistais à un concert et je voulais absolument prendre des photos de mon artiste préféré. Au final je me suis rendu compte que je n’étais pas dans l’instant présent et que j’avais loupé la moitié des musiques !
      Tout ça pour montrer à mes amis sur Facebook que j’étais à ce concert 🙂

    • Delphine – sac à dos

      Je pense qu’il y a un juste milieu entre la prise de photos en rafale et le fait de savoir apprécier un instant unique qui restera gravé dans nos mémoires.
      Comme souvent le compromis et la la bonne intelligence est la meilleure solution.
      Il faut savoir à la fois respecter les autres en s’enrichissant soi-même et en obtenant un minimum.

  • Tu as sans doute raison sur bien des points! Mais, je ne peux m’empêcher de prendre des photos. Et quand j’oublie mon appareil, je suis bien triste de ne même pas avoir une photo souvenir.
    J’ai un problème de mémoire émotionnelle (j’ai plus une mémoire factuelle en fait) et si je n’ai pas de photos pour me rappeler un voyage, une fête, un concert ou autre, il est fort possible que j’oublie complètement que ça s’est passé. J’exagère sans doute un peu, mais mon appareil photo est une bonne manière pour moi de ne pas oublier…

    • Ryan Le Sacados

      Je te comprends Lucie ! C’est pareil pour moi, j’ai besoin de prendre mon appareil pour pouvoir me rassurer sur le fait que je puisse prendre ce que je souhaite en photo.
      Oui chacun à sa façon de fonctionner, moi je sais que si je me mets à prendre en photo un artiste en concert, je risque de louper la moitié de ses musiques à essayer de faire le meilleur cadrage et le meilleur réglage ! Du coup je préfère profiter…

      • Après je n’y connais rien, donc je prends sans doute moins de temps pour prendre une photo. Je l’ai oublié l’année dernière pour aller voir Coldplay et je suis un peu triste car je n’ai ni vidéo ni photos pour me souvenir… et un an après, c’est déjà bien flou…

  • Je suis d’accord avec toi sur tous les points. J’ai presque toujours l’appareil mais au final j’oublie souvent de faire des photos, ce qui est parfois frustrant lorsque tu rentres et que tu aimerais montrer quelques choses aux amis et à la famille mais au final le souvenir est là (et de toutes façon les amis et familles, ils en ont vite marre!). Au final j’ai jamais regretté de ne pas avoir pris de photos quelque part puisque le souvenir reste, c’est ton truc à toi, un truc qu’une photo ne rendra pas forcément 🙂

  • Et raison #5: après avoir pris la photo, on se fait demander de l’argent alors qu’on croyait que c’était de la simple gentillesse. Fail pour l’humanité. 😉

    • Ryan Le Sacados

      Haha, ça fait mal au cœur ça.
      Comme le mec qui a voulu m’aider à remplir mes papiers à la douane au Laos !

  • Peut être faut il tout simplement faire moins de photos pour vivre l’instant présent ?
    Je suis photographe pro et je peux vous dire que je vis l’instant présent. Je ne fais pas 20 000 photos / semaines quand je voyage. Je connais mon matériel et mon métier et prendre une photo ne me demande pas 2 heures, avant de porter l’appareil à l’oeil je visualise déjà la photo, instinctivement je connais déjà les réglages et toute ces étapes ne me prennent qu’une seconde !
    Si la photo n’est pas votre trucs un compact mode tout auto et s’imaginer que l’on a que 36 vues comme au temps de l’argentique… Ca permet de ramener des souvenirs sans passer son voyage derrière un écran ou un viseur…

  • Salut Ryan,

    Je suis en parti d’accord avec toi. Je déteste les gens qui vivent derrière leur œilleton d’appareil photo, et qui n’auront jamais vu le paysage pour de vrai, avec leur oeil !

    Je suis aussi d’accord lorsque tu dis que la photo c’est de l’interprétation…

    Comme je le disais sur un de mes articles, prendre une photo « parcequ’il faut la prendre » ne donne jamais une bonne photo.
    Pour moi, prendre une photo ça doit se faire dans un moment où l’on ressent une émotion.

    En plus de la photo, je note mes impressions dans un carnet, et c’est lui qui est le plus fidèle ! En le relisant je me rends souvent compte que mes souvenirs avaient quelque peu affadis.

    Christophe

  • Ta réflexion est tout à fait sensée. C’est vrai que parfois on ne réalise pas ce que l’on vit si on ne se décolle pas le nez du viseur. Perso, j’essaie souvent de ranger mon appareil, histoire de ne pas avoir la tentation et de savourer le moment. Si vraiment il y a quelque chose à capturer, je le sors, je clique et après je range pour revenir à mes pensées, pas seulement à mes clichés.

    Par contre, parfois je pars en ‘voyage photo’ et là, c’est de la joie de clic-cliquer partout, de penser à la pose parfaite, etc. Donc là, ça ne me dérange pas de me rappeler du moment de prise photo plutôt que du moment émotif.

    Et comme dit Christophe, l’exercice de noter les émotions dans un carnet, ça aide à mettre le doigt sur ce qu’on a vécu!

    • @Jennifer,

      Parfois voir une photo donne plus d’émotion que d’avoir vécu réellement l’instant ! (lorsque l’interprétation est forte !)

      • Oui, c’est vrai, mais ça fait aussi partie de l’art qu’est la photographie 🙂

  • Salut Ryan,

    Bien que ce genre de réflexion puisse surprendre, tu as raison sur plusieurs points. Il est vrai que ça peut nous couper du moment présent, que ça ne rend pas toujours justice et que c’est parfois difficile de transmettre l’émotion ressentie. J’ai aussi ce genre de réflexion pour ceux qui filment et qui passent leur temps à regarder dans le viseur plutôt que de profiter du moment présent.

    • @ Mario,

      Ca me fait penser à ces vidéos mémorables dans le salon de Tati Jacqueline… plan fixe de A à Z sur aucune action. On a vu tout, tout, vraiment tout… mais en définitive rien d’autre que des images !

  • Je partage l’avis de Gérard, on n’est pas forcément forcé de rester non stop avec l’appareil.

    Pour bien m’imprégner d’un lieu ou d’un monument, j’ai tendance à visiter, parcourir le lieu sans prendre de photo. Ensuite, après avoir fait le tour, je prend mes photos.

    De plus, sur une balade de 3/4 heures ou une visite de 2h, prendre 10 ou 15 photos ne représente qu’une portion de temps infime…

  • C’est un article amusant, à rebrousse-poil! Je ne suis pas du tout du même avis que toi mais tes arguments m’ont fait réfléchir.

    Pour moi, j’ai besoin d’être en permanence avec mon appareil photo car j’ai réalisé qu’il me forçait à ouvrir plus grand les yeux, à me poser sur des détails, à faire le point sur la diversité des paysages et des cultures traversés. Sans mon appareil photo ou sans un bloc pour écrire, je crois que je serais perdue: tout va si vite, même en tentant de voyager doucement…

    NowMadNow

  • JS

    Tout a fait d’accord avec l’article, personnellement j’ais complètement arrêter de prendre des photos en voyages !

    Cette obsession de vouloir rentabiliser son voyage et d’en ramener une preuve m’est apparu complétement grotesque et contre-productive avec le temps..

  • D’accord dans le sens où l’émotion n’est pas aussi présente sur une photo, mais lorsqu’on a une mémoire de poulpe comme moi, on est vraiment trèèèèèès heureux d’avoir des clichés qui nous permettent de ne pas oublier certains endroits (^_^).

  • Tout à fait d’accord !
    Etant guide de montagne et passionné de photo, je suis souvent surpris par les gens qui lorsqu’ils voient un animal, préfèrent sortir l’appareil et prendre des photos ratées plutôt que d’observer, d’écouter et de vivre la rencontre avec l’animal…
    Mais c’est vrai pour le reste aussi : si l’on veut réussir ses photographies, ou ses films, la « mise en scène » prend généralement une part importante qui empêche d’être concentré sur le reste. Je pense que la photo et la vidéo sont des activités à part entière et qu’il est préférable de les dissocier de son voyage si on veut en profiter pleinement.
    Et toutes mes félicitations pour ton blog que je viens de découvrir, et qui est très sympathique !

  • padowski

    La photographie n’est à mon sens pas plus une interprétation que les souvenirs qu’on se forge en parallèle…
    Et la photographie de voyage, au delà du fait de prendre des photos sur place, c’est aussi (et surtout ?), trier et traiter les photos prises pour en extraire la quintessence, soit les quelques dizaines de photos qui feront ressortir de notre mémoire ces instants magiques. En bref, c’est un travail assez long, qui fait travailler la mémoire et qui vise à restituer au mieux les sensations vécues, et qui a l’avantage de porter un regard peut être plus critique (parce qu’on est généralement rentré de son voyage à cet étape)

    Pour ma part, l’appareil photo est un des meilleurs moyens que j’ai trouvé de rencontrer les gens ; les prendre en photos avec leur accord est la première étape d’un échange (même s’il arrive effectivement que le principal échange soit pécunier… 😉

  • Fanch

    Pour rebondir sur ce qu’écrit Padowski et de la photo comme vecteur d’échange je trouve que l’un des superbes outils est le polaroid. La photo comme objet, plutôt que comme image seulement. Ça permet de « vivre l’instant présent » et aussi garnir les carnets de bord.

    Et en ce qui concerne le souvenir. Je trouve les carnets de bord bien plus vivant que des photos, du coup je n’en prend plus hors polaroid. Je préfère tenter d’apprendre a dessiner héhé

  • Je suis un peu d’accord pour le début, vivre le moment présent et ne pas mitrailler tout le temps. Mais j’ai plus tendance à regretter ne pas avoir pris de photo qu’en avoir pris trop. Quand je passe de bons moments avec des gens rencontrés en voyage ou des amis, j’ai de bons souvenirs mais souvent je regrette de n’avoir pris aucune photo en souvenir. Bref, moi j’ai toujours mon appareil sur moi mais ne le dégaine pas tout le temps! Ceci dit pour ta photo d’Ecosse, ne sois pas déçu, elle est tellement superbe, qu’elle me redonne vraiment envie d’y aller.

  • Encore une fois je suis bien d’accord.
    Tes articles posent le doigt sur des trucs rarement évoqués mais souvent ressentis !
    Je me retrouve complètement là dedans. En fait je pense que je suis comme beaucoup de passionnés de photo et quand je vois un truc qui me plait, je veux en faire une photo.
    En 2008 je suis allée en Allemagne avec mon appareil et j’ai pas arrêté… surtout que comme mon appareil faisait des siennes je prenais 4 photos du même truc, « et là y a une meilleure vue je vais en reprendre une autre », « oh là c’est chouette aussi »… et finalement j’ai passé mon temps à regarder les choses à travers un trou. Le comble !
    Bon à l’époque je voulais en faire mon métier, aujourd’hui j’ai laissé tomber donc je suis moins « accro » à la photo. Cette année je suis allée en Norvège et j’ai décidé de pas emmener mon appareil, pour la simple raison déjà qu’il est LOURD, que j’avais emporté un pola, et en fait j’ai opté pour la caméra et le carnet de voyage. Et je me suis rendue compte qu’avec les mots on fait autant qu’avec des photos. J’avais pris un tout petit compact histoire de rapporter des photos aux proches mais j’ai à aucun moment essayé de faire « la plus belle photo », j’étais en automatique et je prenais juste des images-souvenirs pour « illustrer ».

    En revanche j’ai bien aimé la caméra, parce que je la laissais tourner à hauteur de ma tête sans m’en soucier (un peu à la antoine de maximy mais sans tout l’attirail !)
    Du coup en rentrant j’avais un peu une copie des trucs les plus chouette que j’avais vus (enfin pas tout hein), et j’ai pas eu l’impression de passer mon voyage à capter des images, mais bien de l’avoir vécu pleinement, et l’image que j’ai reste ce que j’ai vu de mes yeux puisque je ne m’occupais presque pas de la caméra.

    Le côté relou c’est que j’ai 6 heures de rush et méga la flemme de faire le montage.

    Mais j’ai trouvé que c’était une bonne alternative à la photo, voilà.

  • Je suis partagé sur le sujet.
    Je pensais complètement pareil il y a pas mal d’années.
    Mais je me suis aussi aperçu que j’ai une mauvaise mémoire et ça me rappelle pas mal de choses quand je revois des clichés longtemps après.
    Après, au fil du temps, j’ai commencé à aimer la photographie des scènes quotidiennes, pas de celle qu’on retrouve dans les magazines de voyage. On peut vraiment avoir de émotions avec une simple photographie et c’est pour ça que je suis partagé. En général, je profite toujours du moment présent mais quand je suis à court d’idée je me fais des vadrouilles photographies en me perdant tout seul.

  • Je suis d’accord sur le fait qu’il ne faut pas que la photo nous détourne du voyage, mais je trouve que la photo nous permet tout de même de nous rappeler du voyage. En voyant une photo, je me rappelle d’une odeur, une rencontre d’un son associé à un lieu… Et puis les photos c’est quand même bien quand on est un blogueur de voyage…

  • Je ne suis pas exactement de cet avis mais je le respecte.
    Pour les photos clichés que tous les voyageurs prennent à la même place, oui, c’est inutile, c’est carte postale.
    Pour les moments simple, de la vie, de la rue, non.
    Enfin, tout cela est très subjectif … faites pour le mieux 🙂

  • Nono

    Etant plutôt mauvais photographe, je ne fait pas beaucoup de photos. Et lorsque j’en fait, je suis toujours surpris de voir comme ce qui s’affiche à l’écran n’est pas ce que j’ai vu et que je vois encore dans ma tête.
    Finalement je fait confiance aux photographes professionnels pour avoir de belles photos (on est rarement vraiment le seul à être allé à un endroit) et moi je me concentre sur l’instant pour encrer le plus possible les souvenirs.
    Continue ton très bon site
    see you somewhere in the world…
    PS: je commence de plus en plus à utiliser une caméra. La qualité et moins bonne mais les sons, le mouvement et notre propre voix arrivent mieux à saisir l’émotion.

  • Bonjour,

    Nos photos nous parle beaucoup mais celle des autres nettement moins, qui ne s’est jamais ennuyé en regardant certaines photos de vacances des autres ? Si le moment n’est pas vécu, le cliché ne représente rien, il est fade. Alors inutile de mitrailler comme tu dis Ryan, vivons pleinement l’instant magique du moment !

  • Denis Riou

    Pas d’accord.

    Car notre cher cerveau stocke, stocke, encore et encore des informations, certaines finissent par ne plus faire surface et seul un indice, une sensation ou un visuel fait renaître ces informations, donc une photo peut être importante par la suite afin que la parole dévoile les sensations de l’instant.

    • RyanLesacados

      Je suis d’accord. L’idée de l’article est surtout de ne pas tomber dans l’excès.

  • Adrien Cauzard

    Moi en voyage d’abord je prends le temps de contemplez et seulement après 10 minutes , je prends la photo si seulement cela est vraiment magique

    .

  • Romain

    Quelqu’un avait écrit un article similaire sur un autre blog et je pense toujours la même chose. A savoir, d’accord sur le fait qu’il faut avant tout profiter de l’instant présent et il est vrai que parfois une photo ne rend vraiment pas la beaute des lieux. Mais je vois la vie comme un défilement de photo, nous sommes le film de notre propre vie, prendre des photos c’est capturer des fragments de sa vie qui peuvent perdurer dans le temps au delà de notre présence ici bas, c’est laisser un trace à ses enfants, au monde d’un instant T à l’endroit X.

    Comme d’autres l’ont évoqués dans leurs commentaires, revoir les photos c’est revivre son voyage, se remémorer de bons souvenirs, c’est aussi un peu comme un making of, c’est voir quelque chose que l’on se rappelle certes mais auquel on peut y associer une image bien précise, sans photo tout cela serait vague, plus amer à mes yeux.

    Pourquoi résumer un voyage juste à une « émotion », la photo étant un moyen de partager plus fort en mon sens que des mots (disons plus direct puisqu’on est d’accord qu’une belle écriture peut avoir de l’impact) entre autre car il est plus facile d’avoir un visuel avec quelque chose qui l’est déjà plutôt que des mots….

  • RyanLesacados

    Je comprends tout à fait ton point de vue. Maintenant que j’ai le blog je dois faire beaucoup plus de photos, l’article que tu lis est l’un des premiers que j’ai écrit…
    Mais l’idée que je souhaitais transmettre c’est de ne pas tomber dans l’excès. A quoi cela serre de faire de belles images dont on pourra se remémorer plus tard si on est pas capable de vivre l’instant présent ?

  • Jessica Thiel

    D’accord dans le fait que faire des centaines de photo d’une même vue est inutile, mais c’est là le vice du Numérique, fut un temps les gens prenait le temps de réfléchir, de profité de l’instant avant de faire une photo pour qu’elle est un plus grand impact. Je pense que prendre des photos est important pour la mémoire ( malheureusement il peut se perdre avec le temps, et les photos peuvent la raviver ) mais trop serait une erreur !

  • cyrille hurstel

    J’aime bien la notion de faux souvenir. J’ai ainsi emmené ma fille ainée en Finlande et en Russie quand elle avait 2 ans et nous avons pas mal filmé. Elle sait bien qu’il est impossible qu’elle ait des souvenirs du voyage. Pourtant elle a des souvenirs des visionnages des films (qui sont quand même des souvenirs d’enfant). Bref, cela met un peu le bazar entre la réalité et le reste.

  • juju-globetrotter

    Je suis tout a fait d’accord avec cet article. Et je m’en suis rendu compte quand je me suis fait piquer mon appareil photo ainsi que mon telephone lorsque j’etais au Cambodge sur la plus belle ile que j’ai jamais vu, du coup je n’ai plus aucune photo de celle-ci. Il ne me restait que 2 semaines avant de rentrer apres cela, j’ai donc fait le choix de ne pas racheter d’appareil photo, et la je me suis rendu compte a quel point j’etais libre sans celui-ci (malgre la deception de ne pas pouvoir faire des photos de certains paysages il est vrai) Mais il est aussi vrai qu’on profite bien plus de l’instnt present et du paysage, des gens!! J’ai compense en mettant des descriptions detaillees des endroit ou je me trouvais dans mon journal de voyage!! Je suis d’accord avec tous les 4 points evoques dans cet article, j’irai meme plus loin en disant qu’il est difficile de faire ressentir aux autres les emotions qu’on peut vivre en voyages a ses amis lorsqu’on rentre, il faut juste le vivre!!

  • Vincent Galiano

    Partiellement d’accord. Perso, je fais de la photo et de la vidéo (tu peux voir sur http://www.vincentgaliano.com), c’est mon activité principale en voyage, certains jours je ne fais que ça.
    Faire de la photo me permet d’aller vers les gens, de partager de bons moments avec eux. Maintenant, les photos ne me servent pas de souvenirs, j’ai un cerveau pour ça. C’est surtout une pratique créative, je la pratique comme une méditation (et oui, je médite aussi, vipassana), je ne suis pas du genre un clic et on repart. je marche, observe, me laisse bercer par un lieu, des gens, bref je prends mon temps. Technique similaire à celle de mon photographe de voyage préféré, Steve McCurry.
    Pour ce qui est du rendu, ben il faut être un bon photographe. J’ai de nombreuses photos bien mieux que ce que donnait la réalité!

  • Stéphane Rodriguez

    Pour ton paysage en Ecosse, une pose longue avec un filtre neutre aurait permis, par le mouvement des nuage et de l’eau, de donner cette impression de brise que tu décrit si bien.

    En fait, ce qu’il ne faut pas faire, c’est de la « photo touriste », comme font tant de personnes qui ne partent qu’une ou deux semaines (moi le 1er, puisque j’avais ramené 3000 photos d’Indonésie, en 15 jours, que je ne regarde jamais).

    Ce qu’il faut, c’est profiter d’un paysage, en faire une ou deux photos, mais très réussies, et point final.
    Mon nouveau crédo, c’est pas plus de 100 photos par pays visité. J’en ferai bien plus, bien entendu, mais le tri final devra approcher ce nombre. Et pour l’ensemble de mon Tour du Monde de 6 mois, ce ne sera pas plus de 100 photos à montrer aux proches. Enchaîner 2000 photos n’est un plaisir pour personne, il faut pouvoir résumer le voyage en 1/2h de photos, quitte à en parler en suite pendant des heures, en ressortant les clichés dans la conversation.

    Ensuite, il faut adapter l’appareil photo au voyage. Un gros réflex est une barrière pour toi et les gens que tu pourrais rencontrer. Pour ma part, je pars avec un Fuji X100s (compact pro à focale fixe 35mm), et un Leica M6 (argentique) avec un 21 et un 40mm (un pour les paysages, l’autre pour des portraits larges). L’argentique permet de vraiment penser la photo au lieu de shooter sans cesse.

    Ce sont mes résolutions pour ce prochain voyage, j’espère pouvoir m’y tenir. (même si je sais que je serai frustré de ne pas shooter en masse à longueur de journée).

  • Charlotte

    Bonjour ! Moi j’ai remplacé la photo avec le dessin. C’est plus long certes, mais l’on choisit ce que l’on veut retranscrire sur le papier, et on prend le temps de regarder et ressentir le paysage (ou les gens) que l’on dessine. C’est des carnets de voyage que je tiens en fait et quand je les regarde plus tard après être rentrée, souvent les émotions sont plus fortes, en fait je pense que je me rappelle les situations et les conditions dans lesquelles j’ai dessiné, plus qu’un simple paysage.
    Bon mais en fait, je n’ai pas tout à fait abandonné la photo non plus, mais comme vous je ne suis jamais très à l’aise quand il s’agit de dégainer de la technologie. Mais je partage quand même ma découverte avec vous : Le stylus 1 de chez Olympus, un petit bijou de compacité, légèreté, robustesse et qualité (ce n’est pas un réflexe, oui ça fait mal d’abandonner le réflexe mais ça soulage quand même le dos).

  • jekk

    ne pas confondre photo souvenir et photographie « un peu plus recherchée » ,moins TTG (tata ginete). C’est pas pareil, mais l’auteur (désolé pour la 3eme personne mais je sais pas trop a qui m’adresser) est bien placé pour le savoir. Perso les photos souvenir m’embêtent plus qu autre chose car on sais pas quoi en faire. Alors que faire une photo un peu plus artistique (mais j’aime pas trop ce terme), n’a presque plus rien a voir avec nos souvenirs…(dans une certaine mesure).
    Donc d’accord et pas d’accord en même temps… (c’est comme ceux qui filment une course ou un match et qui en fait voient tout le match dans le viseur…bof)

  • lucas

    Dans un monde où tout le monde passe son temps à prendre des photos de tout et n’importe quoi, c’est vrai qu’il est important de se poser et de respirer pour vivre vraiment.

    D’autant qu’il est bon de rappeler que l’appareil photo n’existe pas depuis longtemps, et pourtant les gens, avant, vivaient et voyager sans s’en préoccuper.

  • Margaux Bellanger

    Bon…. Moi je suis tres photo mais je comprend ton point de vu… Ceci dit…
    as tu un top 10 des plus beaux instagram sur l’Amerique latine ? Merci pour tes précieux conseils. (je lis ton blog depuis … presque 4h, je pense en avoir fait le tour 😉 )

    • RyanLesacados

      Cet article est assez vieux et j’ai aussi changé mon point de vue la-dessus…
      Malheureusement nan je ne connais pas de Instagram sur l’Amérique latine mais je ferais peut-être un top dans un prochain article :).

  • Marine

    Bonjour,
    Personnellement, j’ai choisi lors de mon chemin de Compostelle (marche de 2 mois) de ne pas prendre d’appareil photo. Mes 3 arguments étaient :
    – économiser le poids de l’appareil et du chargeur (ça compte quand on porte son sac 8h/jour)
    – la volonté de vivre dans le moment présent
    – l’envie de me remettre au dessin (même si je ne suis pas particulièrement douée…)
    Comme de toute façon j’emportais un carnet et un criterium pour prendre des notes, j’avais le matériel!

    Je n’ai pas été déçue : quand j’avais vraiment envie d’immortaliser un moment ou un paysage, je prenais 10 à 20 min pour faire un croquis en observant vraiment tous les détails à retranscrire et être pleinement dans le moment.
    Et pour les moments « sur le vif », une ligne écrite dans le carnet ou une photo prise avec un téléphone suffisent largement à garder une trace!

    Merci pour ton blog qui me donne envie de repartir!!

  • Grand Bâton

    Hum, c’est un article intéressant,
    Et dans le fond tu n’as pas tord, il faut vraiment faire attention aux souvenirs qu’on garde et ne pas se stresser pour une photo.
    Maintenant comme tu dis ci-dessous, il faut surtout ne pas tomber dans l’excès, mais ça ne veux pas dire arrêter de prendre des photos.
    Personnellement, je shoot une bonne partie de mes photos sans cadrer, ni regarder le résultat, je découvre tout après coup sur le PC. Ceci de part l’habitude de la GoPro, et de part le fait que je ne voyage pas seul, et que je n’aime pas ralentir les gens ou m’isoler pour une photo.
    Il est vrai que le résultat est parfois aléatoire, mais dans la majorité je suis fier de mes photos, et je garde de très bons souvenirs de mes voyages 🙂
    J’en profite pour te féliciter pour ton site, je le découvre aujourd’hui (par Mme Oreille et votre collectif) et je trouve tes conseils voyages vraiment très bon, même si je ne suis pas aussi aventureux que toi.
    Bonne continuation !

  • Maelie

    Salut Ryan!
    Je suis d’accord avec toi sur ces points mais je compte quand même emporter mon réflex avec moi… Et je rebondis sur l’article pour une autre question en fait. En lisant des blogs de filles voyageant seules, en parlant avec des amis, j’ai l’impression qu’avoir un réflex dans les mains dans certains endroits (on m’a surtout mise en garde pour les villes d’Amérique du sud) font de toi une cible. Du coup je voulais savoir ce que tu en penses, tu le gères comment ton appareil en voyage? Toujours sur toi, tu te permets de le laisser chez des gens quand tu fais du couchsurfing, tu le sors seulement dans des endroits « safe »?
    Si tu pouvais rassurer la fille flippée que je suis à l’idée de partir seule et de se faire agresser à cause de son appareil photo adoré…

    • RyanLesacados

      Hello Maelie,

      Perso j’ai investit dans un iPhone 6S la qualité est suffisante pour les photos que je veux faire et je n’ai pas la pression de me faire voler mon reflex 🙂