Voyager à plusieurs : avoir une main à tenir

Accueil » Blog voyage » Philosophie du voyage » Voyager à plusieurs : avoir une main à tenir
Voyager à plusieurs : avoir une main à tenir

Voyager à plusieurs à ses hauts et ses bas, ce n’est pas toujours de tout repos. Vous devez faire face à des situations qui ne se seraient pas présentées si vous étiez seul.
Par exemple, je trouve toujours déplaisant de devoir gérer le comportement désagréable d’un ami ou une copine parce qu’il ou elle a faim (true story).

L’avantage de voyager à plusieurs ou avec  une autre personne est que nous  n’avons jamais à faire face aux mauvais évènements seuls,  car il y a toujours ce ou cette ami(e), pour partager ce poids qui pèse sur vos épaules.

L’un des moments où j’ai été le plus heureux d’avoir quelqu’un à mes côtés  a été durant l’un de mes premiers longs voyages.
C’était au Vietnam, dans un village de pêcheurs qui se situait prêt de la baie de Van Phong  à 50 kilomètre de  Nha Trang (au sud du pays), un véritable paradis sauvage !

Pour les plus curieux c’est ici :


Voyager à plusieurs-Van Phong bay
Je voyageais depuis déjà quelques semaines avec ma copine Julia, une australienne que j’avais rencontré dans les rues de Hanoï. On avait découvert une petite auberge prês de la mer.
Vraiment agréable et magnifique.
Quelques jours plus tard, je commence à me sentir vraiment mal, je pensais d’abord à une grippe ou à un mauvais virus. Je me disais que ça allait passer.
Deux jours après je me réveille pendant la nuit en sueur. Je ne m’étais jamais senti aussi mal.
Je passe toute cette nuit-là avec 40 de fièvre, des nausées et vomissements abominables, une grande fatigue, des rougeurs et des démangeaisons insupportables, et le plus horrible dans tout ça c’est quand je me suis mis à tousser du sang !

Je vous assure, je ne m’étais jamais senti aussi mal de ma vie et je me suis vraiment demandé si ce n’était pas la fin.

Le propriétaire de l’auberge était vraiment inquiet et pensait que c’était assez grave. Il a appelé le médecin de la ville voisine qui était à 50 kilomètres et a prévenu la police.
Il était 5 heures du matin, je ne pouvais ni manger, ni boire ni penser  clairement.
J’étais loin de ma maison et de ma famille, je n’avais aucune idée de ce qui se passait et je ne comprenais pas le moindre mot de ce que disait ce docteur.
Je me suis même demandé si c’était la fin de mon voyage.

Et puis là, j’ai senti la main de Julia. Et je me suis soudain senti plus léger, comme si on me retirait une énorme pierre de mes épaules.
Avoir quelqu’un à côté de moi, à cette étape du voyage, valait beaucoup plus que tout médicament.
Quelqu’un qui vous aide à passer cet instant douloureux.

C’est dans ces moments-là qu’on se rend compte combien cela peut aider psychologiquement d’avoir quelqu’un à ses côtés, aussi bien pour partager les moments difficiles que les beaux moments.Partir seul-Van Phong bay- fisherman

Même si je reste un fervent défenseur du « partir seul », je regrette aussi parfois de ne pas pouvoir partager les beaux moments que je vis. Vous savez ces moments où l’on se retrouve seul au milieu de nul part devant ce paysage magnifique et infini qu’il est impossible de décrire avec des mots.

La maladie

Pour information ce que j’avais chopé c’est la Dengue (ce prononce « dingue »). Un virus qui peut être potentiellement mortel et qui  s’attrape par piqure de moustique. Cela se soigne facilement, à l’aide de paracétamol, j’en parlerai plus longuement dans prochain article.

Et vous, voyagez-vous en solo ou avec quelqu’un? Est-ce pour les mêmes raisons ou d’autres ?

 

Loading Disqus Comments ...

Sitemap / XML sitemap - Copyright © 2011 - 2015 Blog voyage Le sac à dos - Tous droits réservés - Mentions Légales