Partir en stage dans la région de Fatick au Sénégal

Aujourd’hui c’est avec un grand plaisir que je reçois un article invité de Laura, une étudiante partie faire un stage dans une région très peu connue du monde , Fatick, l’une des 14 régions administratives du Sénégal!
Elle nous partage ici son expérience et une partie de son carnet de voyage.

Laura Fatick Sénégal

«Tu aimerais faire ton stage où?»

C’est LA question que tous les étudiants se posent entre eux lorsqu’approche la date fatidique du stage.
Et bien, pour ma part, je n’en avais aucune idée pour la simple et bonne raison que tous les endroits sur cette planète me tentaient. Je ne savais qu’une seule chose : je voulais partir à l’étranger dans le but de promouvoir une destination touristique (ah oui il serait bon de le préciser : je suis en master 2 patrimoines, multimédia, tourismes).

Après une discussion avec le directeur de ma formation, plusieurs pays ont été évoqués et l’un d’eux à particulièrement retenu mon attention : le Sénégal.
Au départ ce n’est pas tant le pays en lui-même qui m’a enchanté mais plutôt la mission proposée, qui s’insérait dans un projet de développement de l’écotourisme (PRODETOUR), projet entamé depuis quelques mois entre les régions Poitou-Charentes et Fatick.
La mission consistait à se rendre sur place, à Fatick, pour travailler avec les acteurs locaux du tourisme dans le but de valoriser la région d’un point de vue écotouristique, environnemental. Emballée par la mission je me suis aussi connectée à Internet pour effectuer quelques recherches sur Fatick puisque je n’avais absolument jamais entendu ce nom, et là…quasiment rien ! Quelques lignes de description, quelques photos sans grand intérêt…

Mais qu’est ce que c’est que cette région ? Que faire ? Se rabattre sur un autre pays ou bien tenter l’aventure ?
Vous l’aurez deviné, j’ai choisi la seconde solution et je ne regretterais jamais ce choix !

Pour les plus curieux, la région du Fatick c’est ici

Départ pour l’inconnu : Fatick au Sénégal

Famille sénégalaise FatickQuelques mois plus tard me voilà donc partie pour 4 mois (avec mon acolyte…une autre aventurière de la promo) à bord d’un avion en direction du continent africain sur lequel je n’avais encore jamais mis un pied. Quelques heures plus tard, l’avion se pose, la porte s’ouvre, je sors et là, la chaleur me fait comprendre que ça y est, j’y suis!

Après avoir passé une première nuit sur Dakar, où j’ai pu expérimenter les coupures d’électricité, me voilà partie en direction de Fatick. Au fil des kilomètres les paysages se transforment, de petits villages de brousse se dessinent, les majestueux baobabs se multiplient et la chaleur se fait de plus en plus sentir (on a appris quelques jours plus tard que la région était une des régions les plus chaude de ce pays déjà très chaud!).
Ça y est je suis arrivée. Aussitôt mes valises posées dans ma petite maison chez l’habitant, je pars en direction du marché pour acheter deux objets indispensables à ma survie : un ventilateur et une moustiquaire !

Le marché de Fatick est une sacré épreuve quand on vient juste de débarquer en terre inconnue ! Ça ressemble un peu à un labyrinthe dans lequel vous devez :

  • ne pas trébucher dans les crevasses par terre,
  • esquiver (et donc ne pas avaler) les mouches qui tournent autour des morceaux de viande et de poisson qui pendouillent partout,
  • évitez de passer pour un touriste perdu sous peine de vous faire arnaquer à tous les coins de ruelles.

Ma vie de fatickoise peut commencer !

Des expériences mémorables

En semaine, les journées ne sont pas des plus aventurières, c’est plutôt du genre boulot, boulot et boulot dans le but de créer des supports de communication et de promotion du territoire. Cela dit je suis quand même ici principalement pour ça.
Les week-end en revanche s’inscrivent plutôt dans l’inconnu, l’inattendu, la surprise, l’émerveillement. Lorsque vous décidez de vous déplacez au Sénégal tout ou presque devient une aventure mémorable, que ce soit :

  • le moyen de transport que vous prenez : les transports sénégalais sont assez atypiques, il s’agit en général de vieux tas de ferraille, pare-brise explosé, sièges déchiquetés, poignées remplacées par des ficelles, mais dans lesquels vous faites de nombreuses rencontres.
  • L’endroit où vous dormez : pousser la porte d’une case ou d’une chambre est toujours très angoissant…vous ne savez jamais ce que vous allez trouver. Araignées, cafards, douche au sceau, moustiquaire avec des trous énormes ou bien une petite case toute propre et bien sympa, c’est toujours le suspense.
  • Ce que vous mangez : alors la attention ! Si vous êtes comme moi et que vous voulez goûter à tout, bonne chance.
    Alors que je me trouvais quand un campement à Sokone une personne m’a proposé à boire. J’ai bien sur répondu «Avec plaisir! Mais quelque chose de bien local!». Quelques heures plus tard me voilà face à une bouteille de jus de pomme de cajou fermenté. La couleur du jus passait à la limite mais est venu le temps du débouchonnage de la bouteille. L’odeur…l’odeur ! Indescriptible. Puis vient le moment fatidique : la dégustation. Ayant du mal à boire ce délicieux breuvage je me suis dis : «Allez Laura, cul sec et ça sera fini». Quelle erreur ! Pensant que j’adorais ça on m’en a resservis un grand verre. Je tiens quand même à vous rassurez, les plats et les boissons sénégalais sont en général vraiment très bon.
  • Les rencontres que vous faites sur la route : et qui vous manqueront pour un bon moment ! Elles sont nombreuses, quotidiennes, inoubliables. Les sénégalais sont la particularité d’être très avenants et accueillants. De quoi faire de votre séjour un vrai bonheur.

Greniers à MilAu fil des week end, les paysages splendides de la région se dévoilent, les rencontres avec les populations locales, et leur fameuse teranga, se multiplient et l’attachement au pays se fait de plus en plus fort. Après presque trois mois passés dans cette région je me rends compte à quel point elle est unique et vaut la peine d’être connue ! Plus que quelques jours pour continuer de découvrir d’autres coins atypiques et graver dans ma mémoire les merveilleux sourires des sénégalais.

Conseil : si vous avez l’occasion de partir en stage ou en voyage dans ce pays, ne la ratez pas ! Sachez que vous en sortirez ravis et grandis.

Quelques mots sur l’écotourisme

Aire Marine protégée communautaire du BamboungLe projet pour lequel je travaille, PRODETOUR, s’inscrit dans un respect et une protection de l’environnement naturel.
Depuis quelques années, le terme d’écotourisme tend à se démocratiser. Mais de quoi s’agit-il exactement?
L’écotourisme est une forme de tourisme dit durable. Centré sur les milieux naturels, il propose aux touristes, ou écotouristes comme on les appelle aujourd’hui, de voyager de façon responsable, en découvrant et en étant en contact avec la nature, ainsi qu’en veillant à la préservation des écosystèmes. De plus, le bien-être des populations et la lutte contre la pauvreté sont des aspects primordiaux s’insérant dans le concept d’écotourisme. De nombreux tours opérateurs pratiquant ce tourisme alternatif reversent une partie du prix du voyage dans un projet écotouristique dans le pays concerné. Au sein même des pays, les populations locales tendent à être directement impliquées et intégrées dans cette activité qui génère de nombreux emplois sur place.

Je remercie Laura de nous avoir livrer son expérience sur la région.
Si vous souhaitez en savoir plus sur la région du Fatick n’hésitez pas à consulter son carnet de voyage Destination Fatick, qui met en avant les lieux visités, les coutumes et traditions du pays, et apporte quelques conseils et anecdotes.

Ryan Lesacados

Hey! C'est Ryan ! Depuis 2011 ce blog a aidé des millions de personnes ! Laisse-moi ton email et reçois toi aussi gratuitement mes meilleurs conseils pour éviter les arnaques, économiser et voyager moins cher!

  • Merci Laura pour cet article,

    J’avais déjà envie d’aller visiter ce pays, cela me donne de nouvelles idées.

  • Bien joué pour cet article Laura, ça nous permet de découvrir une région très peu connu. Tu as eu en plus la chance de réaliser ton stage dans un domaine très intéressant !

  • Ça a du être une chouette aventure !

  • Hi,

    Quelle aventure courageuse d’aller dans une région d’un pays inconnue !
    Si c’était à refaire dans un autre pays, serais-tu prêt à y aller ?

    @ Bientôt,

    • Si c’était à refaire dans un autre pays, ou celui-ci, ça serait sans hésitation du moment que je peux travailler dans le domaine touristique ou patrimonial. Partir dans l’inconnu est vraiment la plus belle chose qui puisse nous arriver, c’est de la découverte quotidienne et des souvenirs gravés pour toujours 🙂

  • Camara

    Excellente contribution à la promotion de la destination Fatick! Toutes mes félicitations

  • Amadou M.GNINGUE

    Bravo Laura,,je suis ému et trés désireux de vous faire découvrir d’autres facettes du tourisme sénégalais si d’aventure l’occasion se présentait;bonne chance!

    • Laura

      Merci Amadou ! Si l’occasion de revenir dans ce merveilleux pays se présente ça sera avec grand plaisir…mais en attendant je pars pour l’autre bout du monde, l’Australie 🙂

  • C’est une bonne chose de promouvoir le tourisme dans Sine Saloum, la
    région en a vraiment besoin. Je remercie vivement Laura pour son
    travail, en espérant que sur place, il y aura une continuité. Vivant là
    bas depuis 3 ans j’ai développé moi aussi un site sur le tourisme dans
    le delta. N’hésitez pas à venir y faire un tour et préparer vos futurs
    voyages dans notre belle région classée au patrimoine mondiale de
    l’humanité.

  • Eric

    Je pars en humanitaire dans la même région pour 3 semaines à Kaolack plus précisément, et cet article confirme ce que je pensais: ça va passer très vite! 😀
    Ce sera mon tout premier voyage et j’ai hâte d’y être!